Le groupe Ablaye Cissoko en tournée africaine a animé hier jeudi 18 octobre une conférence de presse à l’Institut français de Cotonou. Cette sortie vient en prélude au concert que le groupe anime ce soir à Cotonou.

Comment apaiser le cœur des hommes au-delà de la musique ? C’est une préoccupation du groupe Ablaye Cissoko qui entend apporter à travers son concert qui a lieu ce soir à l’Institut français la paix et la joie dans les cœurs.

« Ce que nous savons faire, c’est de jouer et de chanter, c’est notre contribution à nous, de participer au développement de l’Afrique », explique le leader du groupe Ablaye Cissoko à l’ouverture de cette conférence de presse. Il précise que la raison de la descente du groupe à Cotonou,est pour animer un concert avec des instruments traditionnels tels que la cocha, le balafon et des instruments modernes comme la basse et la battérie. Il s’agit en somme de présenter quelque chose de très africain aux Africains. « Nous sommes là pour eux et nous souhaiterions sentir qu’ils soient là également pour nous, et c’est à partir de cela que nous allons pouvoir leur donner le meilleur de nous-mêmes », a-t-il tenu à préciser. Christine le Ugné, directrice déléguée de l’Institut français de Cotonou, affirme que l’initiative mérite d’être soutenue. Elle précise qu’elle  soutient la programmation de ce type de musique, de ces artistes qui ont une forte renommée internationale, européenne et qui sont un peu moins connus en Afrique. Le rôle de l’Institut français, dit-elle, est de mettre en valeur ce savoir-faire musical extraordinaire qui est interprété par des Sénégalais, Camerounais et Béninois, c’est-à-dire un groupe multinational. Elle invite, par ailleurs, tout le peuple béninois à venir découvrir ce jour ces instruments qui vont être mis en avant tout particulièrement et soutenir ces artistes qui ont envie de partager leur passion.
Rappelons que le Sénégalais Kimitang Mohamadou dit Ablaye Cissoko , leader de ce groupe se tient au confluent de la musique africaine et du jazz. Il n’en oublie pas pour autant sa culture d’origine, la culture mandingue ; en témoigne la sortie en 2014 de son album « mes Racines  » avec son ensemble sénégalais « Corda Ba». Né à Kolda en 1970, il est descendant d’une famille de griots. Il a commencé par jouer de la kora à l’âge de 8 ans, et a donné son premier concert à l’âge de 12 ans. Il s’inscrit au conservatoire de musique de Dakar et monte un groupe de 10 choristes avec ses frères et sœurs. En 1989, il fait sa première représentation internationale en Norvège à Oslo. Puis il se rend à Saint Louis au Sénégal et tombe amoureux de cette ville. Il y forme le groupe Ninki-Nanka qui se produit régulièrement dans tout le pays.
Le concert que donne ce soir Ablaye Cissoko et son groupe est le dernier d’une tournée africaine qui a démarré, il y a quelques semaines à Madagascar.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2463 fois