La vacance au trône de Kaboua tire vers sa fin. La cérémonie qui aboutira à la désignation du successeur du dernier chef traditionnel, Oyédékpo, a eu lieu samedi 24 août dernier dans ce village situé dans la commune de Savè.

Selon Félix Chabi Adimi, président du comité d’organisation, il faut que le village continue d’être dirigé sur le plan traditionnel selon les normes établies par l’ancêtre fondateur de cette chefferie. Le respect de ces normes, ajoute-t-il, « garantit l’équilibre du pouvoir traditionnel, source de paix sociale, d’harmonie, de concorde et de force qui ont toujours fait de Kaboua une référence incontestable et même incontestée dans tout le pays de Shabè ».
Un bœuf a été offert en sacrifice à Babaguidaï, légendaire personnage disparu en 1742 à Kaboua, laissant après lui une chaîne dont la longueur n’a jamais été dévoilée. « Ce fut effectivement en ce lieu que disparut mystérieusement sous terre en 1742 notre illustre ancêtre, laissant sur cette place même, une chaîne tout aussi mystérieuse dont personne ne connaît la longueur et qui sort de terre sous l’effet de rite sacré qu’effectue le gardien du temple», raconte Félix Adimi.
Avant de sacrifier le bœuf à l’ancêtre Babaguidaï, le gardien de la chaîne mystérieuse, Agani Babaguidaï, et Majesté Assèkè Kabiéssi Babaguidaï II, suivis des autres chefs traditionnels se sont prosternés devant la case qui abrite ladite chaîne. Ils ont formulé, à tour de rôle, les vœux de santé, de paix et de prospérité.
Depuis la disparition mystérieuse de Babaguidaï, quinze de ses descendants se sont succédé au trône jusqu’en mars 2017 où disparut le dernier dépositaire. Félix Adimi souligne que ce sont les descendants de ce mystérieux personnage qui règne également au trône de Balè des villages Shabè près de Savè.
C’est dire que l’histoire des Shabè est liée à celle de Babaguidaï. Cette histoire a fait l’objet de débat au centre des jeunes et de la culture de Kaboua.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1950 fois