L’administration du forum «Breaking news » a organisé, mercredi 4 juillet dernier à Cotonou, une soirée intellectuelle pour célébrer le 100e épisode de « Mémoire du chaudron », une série d’écrits qui raconte les méandres de la conquête du pouvoir par l’ancien président Boni Yayi. Les échanges ont permis de passer en revue les textes afin d’en tirer des enseignements.

Les membres du forum Whatsapp « Breaking news» et les lecteurs de « Mémoire du chaudron » ont pris part, mercredi dernier, à une soirée intellectuelle d’échanges, pour célébrer le 100e numéro de cette série de textes, écrit par Tiburce Adagbé, ancien conseiller technique à la communication du président Boni Yayi. Au programme, quatre panels animés par des experts en littérature et en communication sociologique et politique.
Appelé à entretenir l’assistance sur le discours littéraire et l’apport des réseaux sociaux, Kwamé Sènou, responsable de Harmonie média group, pense que la série « Mémoire du chaudron » est un chef-d’œuvre qui allie à la fois récit, essai politique, autobiographie et guide touristique. Pour lui, les 100 épisodes écrits en moins d’un an, font déjà 132 734 mots, soit 238 pages et peut paraître sous forme de livre. Selon lui, cet effort record du rédacteur Tiburce Adagbé, ancien conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, mérite d’être célébré. C’est l’occasion pour Anjorin Koboudé, consultant en communication, d’entretenir les invités sur les impacts possibles de « Mémoire du chaudron » sur la conception de la communication politique au Bénin ». Selon lui, cette série de textes est une plongée dans la sociologie politique béninoise. Il soutient qu’avant de s’engager dans un combat politique, il faut avoir un ancrage sociologique, économique et un discours pouvant accrocher l’électorat. Pour lui, nul ne peut gagner une élection présidentielle sans le soutien des médias.
Pour Agapit Maforikan, journaliste et directeur de la chaîne de télévision E-télé, « Mémoire du Chaudron » apparaît comme un nouveau genre littéraire dans l’univers des réseaux sociaux. Pour lui, cet exploit mérite d’être salué non seulement à cause de l’effort consenti mais surtout de son contenu qui reste un pan de l’histoire de notre pays. « Ils donnent les réflexes de faire-savoir, de faire-connaître, de faire-comprendre et de faire-sentir », a-t-il laissé entendre.
La dernière communication, intitulée « Lecture et analyse sociologique du comportement électoral au Bénin à travers la lecture de ‘’Mémoire du chaudron’’», a permis au général Célestin Guidimey de montrer les sept déterminants sur lesquels on pourrait se baser pour remporter une élection présidentielle au Bénin. Pour lui, les écrits de Tiburce Adagbé doivent constituer un bréviaire pour les hommes politiques pour connaître la sociologie politique du Bénin. Selon lui, le fief électoral, la connaissance de la sociologie et de l’histoire politique, l’aide des réseaux, des mouvements et associations, l’apport des renseignements, le soutien des grands électeurs et étrangers et enfin les ressources financières, logistiques et humaines, sont autant d’éléments dont il faut tenir compte pour accéder au pouvoir.
Les débats ont permis à l’assistance de comprendre davantage cette série de textes qui pourrait être publié sous forme de livre dans les mois à venir.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2155 fois