La quatorzième édition du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) aura lieu du 16 au 24 novembre prochain. Mieux, elle s’annonce pleine d’innovations et se veut, selon le ministre en charge de la Culture, « un Fitheb du nouveau départ ». Au cours d’un point de presse animé, ce mardi 27 mars, Oswald Homéky a dévoilé l’essentiel à retenir de cette édition qui, visiblement, voudrait trancher avec celles qui l’ont précédée.

Le ministre de la Culture, Oswald Homeky, annonce la tenue de la quatorzième édition du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) du 16 au 24 novembre prochain dans six villes. Ce sont les anciens chefs-lieux de département qui accueilleront l’épiphanie du théâtre, à savoir Porto-Novo, Cotonou, Lokossa, Abomey,
Parakou et Natitingou, indique-t-il, à la faveur d’un point de presse animé hier à Cotonou. Dans chacune de ces villes, il sera érigé un village du Fitheb mais Cotonou sera le centre névralgique de la grand-messe du théâtre.
300 festivaliers sont attendus pour un budget prévisionnel de 300 millions et une marge envisagée d’un million de spectateurs. Vingt créations seront diffusées à raison de dix créations béninoises et dix étrangères sur les 120 dossiers déjà enregistrés. Parmi les dix créations locales attendues, cinq seront dédiées au Fitheb et les cinq autres retenues parmi les créations des acteurs du théâtre national.
« Le Fitheb va devenir l’événement qu’il était hier et ira même au-delà », souligne le ministre, en dévoilant l’ossature de la prochaine édition. Il s’agit du « Fitheb du nouveau départ », annoncera alors le ministre. Et ce nouveau départ, d’après lui, transparaît dans le sérieux mis à l’organisation de l’édition 2018. Laquelle met en avant une rationalisation des ressources surtout financières et mettra de côté l’improvisation observée ces dernières années. Le Fitheb du nouveau départ, conçoit Oswald Homéky va ainsi repositionner le Bénin parmi les pays qui comptent en matière de théâtre. Ce sera « un Fitheb de très bonne qualité qui valorise notre patrimoine ». L’engagement du gouvernement à révéler le Bénin par le théâtre est désormais total, note le ministre qui rêve de voir le Fitheb présent et à venir comme le rendez-vous africain auquel tous voudraient participer.
« Théâtre et engagement civique et social pour un développement durable ». C’est le thème de la quatorzième édition du Fitheb, révèle pour sa part le directeur du festival, Erick-Hector Hounkpè. La programmation est faite de telle sorte pour couvrir tout le territoire national. Elle prévoit également de petits théâtres, de la danse et bien d’autres attractions qui intègrent d’autres arts de la scène. « Les nouveaux versets du théâtre seront au rendez-vous », assure-t-il. Il est aussi prévu, poursuit-il, une table ronde sur l’apport des hommes et femmes du théâtre au développement, un conclave des directeurs de festival de théâtre sur le continent, des formations et cafés littéraires… En somme, la ‘’Fithebmania’’ va embraser tout le Bénin et constituer ainsi un pas de géant vers la création du Marché du théâtre africain, assure Erick-Hector Hounkpè.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 3276 fois