Deux jeunes femmes leaders tiennent à l’honneur des 3% des déléguées féminines ayant pris part à la Conférence nationale. Pour elles, il est urgent de reconnaître la bravoure de ces quinze dames en les immortalisant.

Mireille Agossou, femme leader : « Du haut de mes 20 ans à cette époque, je ne percevais pas la participation des femmes à la Conférence nationale sous l’aspect du genre mais plutôt sous l’aspect du courage, du mérite et de la chance, car il y avait beaucoup d’autres femmes compétentes qui n’ont pas eu la chance de participer à ces assises. Les quinze déléguées m’inspirent respect et admiration. La nouvelle génération de femmes et surtout la couche juvénile féminine n’a pas été éduquée avec les mêmes valeurs que ‘’nos amazones en 1990’’. La rigueur et la discipline ont fait place aujourd’hui au laxisme et à un manque d’intérêt pour les problèmes familiaux. L’engagement et le sens de responsabilité se sont émoussés. Il faut donc agir sur ces leviers à travers la sensibilisation et la formation des femmes et des jeunes dans les milieux ruraux communautaires. Il importe de réaliser un film documentaire qui retrace la contribution des quinze déléguées avec les morceaux choisis de leurs interventions et insérer dans le compendium des femmes leaders un lien qui retrace leurs histoires. »

Corine Azanhouè, experte en genre et élections

« De la Conférence des forces vives de la nation, je retiens le souvenir de la participation active et dans l’ombre d’une quinzaine de braves et vaillantes femmes béninoises. Quoique leur nombre soit insuffisant, ces femmes ont pu s’exprimer en prônant les libertés individuelles, les libertés d’association et d’expression et l’Etat de droit. Ces revendications trouvent leur fondement dans les articles 9 et 34 de la Constitution du 11 décembre 1990. La bravoure et la témérité de ces femmes en cette période où le concept genre était méconnu et inacceptable sont d’une rareté absolue. La nouvelle génération de femmes doit avoir pour leitmotiv la persévérance, le courage et le travail bien fait. Un effort de capitalisation des acquis de la participation des déléguées devrait faire ressortir leur degré d’activisme depuis les couloirs de la préparation de ladite conférence jusqu’à sa clôture. »

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2311 fois