En présence des acteurs culturels béninois, le ministre du Tourisme, de la Culture et des Sports, Oswald Homéky, a présenté, mercredi 21 février dernier à Cotonou, la stratégie de la relance du secteur des arts et de la culture. Un programme ambitieux qui redonne espoir aux artistes béninois.

La nouvelle stratégie de la relance du secteur des arts et de la culture au Bénin est élaborée autour des points tels que : les industries culturelles, la chaîne du livre, le théâtre et l’art oratoire, le cinéma, les arts plastiques, la mode, le patrimoine matériel et immatériel, les festivals, les infrastructures, la prise en charge sociale des artistes. Au nombre des structures à mettre à contribution pour l’atteinte des objectifs, le ministre en charge de la Culture, Oswald Homéky, souligne l’Agence nationale pour les manifestations officielles et les événements culturels, le Bureau béninois du droit d’auteur et des droits voisins (Bubedra), le Fonds des arts et de la culture (Fac). Rien ne se fera plus comme avant, indique-t-il, rappelant que les performances du passé sont restées en deçà des attentes. 

En ce qui concerne les problèmes persistants dans le secteur, le ministre de tutelle cite : l’absence de loi portant financement de la culture, l’absence de cadre d’expression des talents, d’un mécanisme approprié des projets artistiques et culturels, la faible visibilité de la culture béninoise au plan international. La nouvelle stratégie concoctée mettra l’accent sur la formation et la promotion des talents à la base et en milieu scolaire ; le recrutement et le déploiement de 356 encadreurs culturels dans les disciplines retenues (chant, danse, musique, théâtre) ; la dotation en équipements adéquats pour la formation de classes culturelles ; l’animation culturelle en théâtre, en musique moderne et traditionnelle, au soutien à la production et à la promotion (bons de studios) des artistes confirmés, à la promotion des œuvres, l’organisation de la soirée de récompense des meilleurs artistes de l’année (gala des artistes) ; des concerts tournants dans tous les départements du Bénin pour les artistes confirmés et locaux.
Oswald Homéky affirme que le gouvernement a les moyens de développer l’industrie culturelle, soulignant une mesure de défiscalisation des investissements et salaires culturels prévue dans la loi des finances 2018, de la bonification des charges financières des crédits au profit des promoteurs d’entreprises et d’industries culturelles, du soutien et l’accompagnement du ministère à l’éligibilité au code des investissements, de l’adoption de la loi sur le financement de la culture.

Ambitions

Pour la chaîne du livre, le ministre précise qu’il y aura la modernisation des centres de lecture et d’animation culturelle (Clac), la création et la réhabilitation des espaces de lecture (bibliothèques de proximité) dans chaque commune, l’appui à l’édition et à la promotion littéraires. En ce qui concerne le cinéma, il estime qu’il faut l’actualisation et l’adoption du Code de la cinématographie, l’accompagnement à la professionnalisation du secteur, la programmation de diffusion des productions béninoises sur les médias et dans les communes, le soutien à l’accès au marché sous-régional.
Le ministre fait remarquer qu’il y a du talent en matière d’arts plastiques au Bénin puisque l’Etat reconnaît les effets des arts plastiques. Pour cela, il faut la construction d’une galerie nationale des arts, des subventions aux galeries privées. Il souligne qu’il faut une extension du fonds de bonification aux industries de la mode ; un soutien au développement des métiers de la mode ; la conception et l’édition du répertoire des stylistes béninois et l’agenda national de la mode.
En faisant un clin d’œil à l’Agence nationale pour les manifestations officielles et les événements culturels et sportifs, le ministre Oswald Homéky souligne qu’il faut améliorer la qualité de l’organisation de tous les événements dans les secteurs des arts, de la culture, des sports et du tourisme.
En ce qui concerne le Bureau béninois des droits d’auteurs et des droits voisins (Bubedra), il faut faire la requalification du personnel, la dématérialisation du système de collette des redevances, l’extension de la perception des redevances aux réseaux GSM, la redéfinition de la clé de répartition des droits d’auteur et des droits voisins, l’extension de la perception des redevances aux copies privées, préconise Oswald Homéky.
Par ailleurs, il annonce la création d’un Fonds social des artistes (Fsa). En évoquant la prise en charge sociale des artistes, le ministre Oswald Homéky articule cela sur trois points à savoir : le recensement et l’extraction de la liste des artistes de la liste du Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) en cours, le répertoire des artistes béninois et professionnels des arts et de la culture, l’intégration au projet d’Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch).
Pour le Fonds des arts et de la culture (Fac), il rêve d’une prise en compte des secteurs des arts et de la culture de façon transversale, d’un appui à la production et à la promotion, d’un fonds de bonification des crédits des projets culturels, du financement du Fac par le secteur privé. En ce qui concerne les festivals au plan national, il entend opérer la dynamisation du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb), la sélection et l’organisation des festivals selon la répartition géographique du patrimoine culturel : festivals des musiques urbaines et traditionnelles, festivals des arts plastiques (vernissage avec les plasticiens béninois), festival du film (court métrage), festival national du livre, de la mode, du carnaval du Bénin.
Dans le domaine des infrastructures, le ministre indique qu’il y aura la construction des arènes culturelles communales. La phase 1 concerne 54 communes. Il annonce également la construction du Théâtre national, de la Maison de l’artiste, la construction d’un zénith de 7000 places et d’une galerie nationale des arts.
Le programme paraît trop beau pour être réalisable en un temps record, estiment bon nombre d’acteurs culturels. La balle est désormais dans le camp du ministre Oswald Homeky et du gouvernement qui ambitionnent de relever le défi pour un Bénin artistiquement et culturellement révélé.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2601 fois