Les travaux d’asphaltage des rues dans les communes de Porto- Novo et Sèmè-Podji se poursuivent à la grande satisfaction des populations. Au contact de l’entreprise en charge des travaux, hier mardi 17 septembre, dans le cadre d’une tournée, le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato et sa délégation ont constaté de visu l’évolution des chantiers et instruit la mission de contrôle et l’entreprise à les accélérer et à veiller à leur qualité.  

Avec un retard de six mois, les travaux d’asphaltage des rues de Porto-Novo et Sèmè-Podji connaissent un taux d’avancement physique de 40 %. Sur le lot 15 A concerné, ces travaux évoluent sur l’ensemble des dix rues au même moment, a expliqué Vladmir Oké, chef de mission dudit lot à Porto-Novo à la délégation du ministre du Cadre de vie et du Développement durable, José Tonato.
« Nous avons déjà des rues qui sont pavées en partie et d’autres en cours de traitement», a confié le chef de mission. Il a précisé que le délai contractuel est de 24 mois et l’entreprise vient de faire douze mois. « L’effort sera fait pour rattraper le retard observé et anticiper sur la fin des travaux. Suivant le planning de l’entreprise, tout est prévu pour prendre fin avant les délais », a-t-il rassuré.
Mathurin de Chacus, président directeur général du groupe Ofmas International, en charge des travaux dans ces deux communes, note que le retard l’accusé est en lien avec les réajustements et les intempéries généralement observés. « Le gouvernement a mis beaucoup de moyens et a démontré qu’on peut faire beaucoup de choses en peu de temps. Je n’ai pas le choix que de réussir les projets qu’on m’a confiés pour le bonheur de tout le monde », s’est-il engagé. Il s’agit de 9,291 km de voiries primaires, 6,553 km de voiries secondaires et 6,547 km de voiries tertiaires, lesquelles seront revêtues de bitume et pavées dans la ville de Porto-Novo. A Sèmè-Podji, le linéaire total des voiries bitumées et pavées pour le lot est de 9,026 km.

Pas d’éléphant blanc avec le Pag

« Nous avons quelques retours qui faisaient présager d’un certain relâchement au niveau du contrôle et de la mise en œuvre, et nous sommes venus faire le point», confie le ministre José Tonato. En rappelant qu’aucun projet du Pag ne va enregistrer d’éléphant blanc, José Tonato indique qu’il y a également beaucoup de plaintes de la part des collectivités locales. « Si le gouvernement se bat pour faire les infrastructures, il faut que le maillon final que sont les collectivités locales, prennent la main pour la réussite totale. A Sèmè-Podji, le maire est disponible à accompagner le projet mais il est sous sollicité. Autant de choses qui impactent négativement la surveillance que nous devons exercer sur le projet», a indiqué le ministre. Sur le retard accusé, José Tonato recommande de retrousser les manches, toutes choses qui passent par la présence permanente, de jour comme de nuit, de l’entreprise.
Rappelons que le maire de Porto- Novo, Emmanuel Zossou, se réjouit des travaux qui contribueront à changer le visage de sa commune. Il a profité pour en appeler au sens de respect des populations, soupçonnées de vandaliser les matériels sur les chantiers. Quant au maire de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo, il estime que les instructions du ministre pourront faire avancer les travaux. « C’est un programme national et la pression du contrôle échappe aux responsables des collectivités que nous sommes. Il reste donc que le ministère nous associe à travers la convention qui nous lie », a suggéré le maire Charlemagne Honfo.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1464 fois