Le président du Parlement de la Communauté  économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), le Sénégalais Moustapha Cissé Lo, exhorte les autorités du Nigeria à rouvrir les frontières fermées à leurs pays voisins dont le Bénin. C’était en marge des travaux de la seconde session extraordinaire de l’institution parlementaire sous-régionale au titre de l’année 2019 ouverts, lundi 16 septembre dernier, à Monrovia au Liberia.

Une voix importante s’invite dans l’affaire de fermeture des frontières par le Nigeria avec ses pays limitrophes depuis le 21 août dernier. Il s’agit de celle du président du Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest
(Cedeao), le Sénégalais Moustapha Cissé Lo. Celui-ci s’est prononcé sur la question dans son discours d’ouverture des travaux de la seconde session extraordinaire du Parlement de la Cedeao pour le compte de l’année 2019 qui se tiennent du 16 au 21 septembre prochain, à Monrovia au Liberia. Selon des députés béninois membres de cette institution parlementaire sous-régionale, le président  Moustapha Cissé Lo ne serait pas allé par quatre chemins pour inviter les autorités nigérianes à rouvrir leurs frontières avec leurs pays voisins. Ceci, parce que cette fermeture viole le Protocole d’accords relatifs à la libre circulation des personnes et des biens dans l’espace Cedeao auquel est partie le Nigeria. Le président du Parlement de la Cedeao exhorte le gouvernement nigérian au respect  de cet instrument sous-régional. Pour lui, la fermeture de frontières ne saurait être la bienvenue dans un contexte où l’Afrique œuvre depuis plusieurs années à la suppression effective des barrières et des tracasseries de toutes sortes au niveau de chaque pays en vue de promouvoir la libre circulation des personnes et des biens au sein de la communauté. Au dire du président du Parlement de la Cedeao, les causes profondes de la contrebande, du trafic des armes et du banditisme qui ont poussé le Nigeria à décider de la fermeture de ses frontières sont des questions récurrentes. Lesquelles doivent être étudiées de manière concertée pour que soit trouvée une solution permanente et durable. Moustapha Cissé Lo invite alors le gouvernement nigérian à engager avec ses pairs des pays voisins le dialogue devant conduire à une solution consensuelle afin de venir à bout des divers trafics qui tuent les économies des pays respectifs et  de l’insécurité dans la sous-région. Vivement que le plaidoyer du président du Parlement de la
Cedeao soit entendu par les autorités nigérianes qui avaient annoncé faire un exercice de sécurisation de leurs frontières pour une durée de 28 jours.
Il faut signaler que la seconde session extraordinaire du Parlement de la Cedeao dont sont membres cinq députés béninois à savoir Bida Nouhoum, David Gbahoungba, Nazaire Sado, Salifou Issa alias Saley et Sèdami Mèdégan Fagla se penche, depuis lundi dernier, sur plusieurs points, dont la prestation de serment de nouveaux parlementaires, l’examen et l’adoption du projet de budget de l’institution exercice 2020 ainsi que l’examen et l’adoption du projet des propositions d’amendement au Règlement intérieur de la quatrième législature du Parlement de la Cedeao.

Évaluer cet élément
(2 Votes)
Lu 1506 fois