Le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou s’est adressé aux acteurs de l’école. Occasion pour lui de leur souhaiter une bonne rentrée scolaire 2019-2020 pour ce lundi 16 septembre et de les exhorter à jouer leur partition pour améliorer la qualité de l’enseignement au Bénin.

« Tous pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement au Bénin ». C’est le thème central autour duquel se déroulera l’année scolaire 2019-2020 qui démarre officiellement ce lundi 16 septembre. Occasion pour le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou, d’annoncer, dans son traditionnel message à la veille de la rentrée, les challenges de la nouvelle année scolaire après celle de 2018-2019 caractérisée par un climat de travail sain et apaisé et de bons résultats au Certificat d’études primaires (Cep) avec un taux de réussite de 84,18 % contre 65% en 2018. Il exhorte tous les acteurs de l’école, dans un esprit d’unité, à maintenir le cap mais aussi à partager les espérances et les attentes, face aux défis de cette nouvelle année scolaire. L’année scolaire, selon le ministre Salimane Karimou, sera essentiellement marquée par des activités de renforcement de capacités des enseignants en vue de l’amélioration de la qualité de l’offre éducative en lien avec le thème retenu. La récente opération d’évaluation des connaissances professionnelles des enseignants Agents contractuels de l’Etat (Ace) reversés ne vise rien d’autre que l’atteinte de cet objectif, rappelera-t-il. L’autorité ministérielle salue l’engagement, le dévouement  et le sens de responsabilité des  enseignants aux côtés du gouvernement pour le relèvement des nobles défis du Bénin en matière d’éducation en vue de l’atteinte des Objectifs pour le développement durable (Odd) dans ce secteur. Salimane
Karimou invite l’ensemble du corps enseignant de son sous-secteur à s’acquitter mieux que le passé de ses tâches quotidiennes et à bannir de ses habitudes le retard, l’absentéisme, l’absence ou la mauvaise préparation de classe, la paresse, le harcèlement sexuel et autres formes de déviances, pour le bonheur de l’école béninoise.
Il n’occulte pas le corps d’encadreurs tels que les conseillers des régions pédagogiques et les inspecteurs des enseignements maternel et primaire. Le ministre les invite à renforcer leur détermination  pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement et le rayonnement du système éducatif béninois. Salimane Karimou rassure toute l’institution scolaire de l’accompagnement du gouvernement pour un renouveau effectif de l’école béninoise.
Quant aux apprenants, l’autorité ministérielle les invite à témoigner en retour leur reconnaissance à leurs parents qui les ont dotés de l’essentiel des fournitures à travers le travail et leurs résultats en classe. Il leur conseille d’être sages à l’école tout comme à la maison. Le ministre les exhorte à participer activement aux cours en étant attentifs, studieux, curieux et solidaires entre eux en classe.
Salimane Karimou n’a pas manqué de dire toute son admiration pour les partenaires sociaux de son sous-secteur qui jouent un rôle inestimable pour l’émergence tant souhaitée du système éducatif béninois.
 
Les enseignements maternel et primaire en chiffres

Au total, 14 700 écoles maternelles et primaires ouvrent leurs portes, ce lundi 16 septembre dans le public comme dans le privé, Selon  le ministre des Enseignements maternel et primaire, Salimane Karimou. On note 11 537 écoles primaires avec 7484 dans le public et 4153 dans le privé. S’agissant du nombre d’enseignants, ils sont au total 53 875 à reprendre, ce lundi, le chemin de l’école, qu’ils soient du public ou du privé, avec un effectif de 48 859 dans le primaire et 4976 dans la maternelle. Sur les 48 859 enseignants du primaire, on en dénombre 26 321 dans le public contre 22 538 dans le privé. Dans le sous-secteur de l’enseignement maternel, ils sont au total 2993 enseignants dans le public et 1983 dans le privé. Mais au total, 27 912 instituteurs émargent au budget national dont 1591 en cours de reversement vont officier dans les écoles maternelles et primaires publiques où s’ouvrent 30 002 salles de classe. Le rapport nombre d’enseignants-nombre de salles de classe, révèle un gap de 2 090 enseignants. Salimane Karimou informe que le gouvernement a prévu un plan d’urgence de recrutement d’enseignants pour combler ce déficit. Ce plan sera bientôt dévoilé en attendant la concrétisation des projets de recrutement progressif d’enseignants sur  une période de deux à trois ans pour couvrir toutes les écoles publiques en enseignants qualifiés.
Le ministre n’a pas manqué de faire le point approximatif de l’effectif des apprenants qui effectuent la rentrée ce lundi. Salimane Karimou les estime à 2 607 909 écoliers dans le sous-secteur des Enseignements maternel et primaire, toutes catégories confondues, y compris les nouveaux qui seront inscrits pour le compte de cette année scolaire dont le nombre reste difficile à connaître pour le moment. Sur les 2 607 909, le ministre renseigne que 2 424 675 écoliers sont dans le primaire avec 1 760 426 dans le public et 664 249 dans le privé. Le sous-secteur de l’enseignement maternel en compte 183 234 à raison de 122 258 écoliers dans le public et 60 976 dans le privé, détaille Salimane Karimou.
Th.C.N 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1184 fois