Des milliers d’agents de l’Etat devront jubiler, à la lecture du compte rendu du Conseil des ministres de ce mercredi 11 septembre. Diverses catégories de travailleurs, en proie à des situations difficiles pour les uns, à la précarité pour les autres, bénéficient de mesures sociales importantes de la part du gouvernement. Carrières et retraites ont été préservées à travers les décisions prises par le conseil.
 

Le président de la République avait annoncé l’année 2019 comme celle de grandes réalisations sociales au profit des populations. A mesure que les jours passent, différentes catégories socioprofessionnelles bénéficient des faveurs et de la bienveillance du gouvernement.
Au cours du Conseil des ministres tenu ce mercredi 11 septembre, le gouvernement a examiné le point des agents restés au service de l’Etat depuis le 31 décembre 2007 mais non rémunérés. Après analyse de la situation, le gouvernement a décidé de la levée de la mesure de suspension du reversement dans la Fonction publique les frappant. Il a donc décidé de faire procéder, à titre exceptionnel, à la régularisation de leur statut afin qu’ils deviennent formellement des agents de l’Etat, à l’exception de ceux dont les diplômes se sont révélés faux. Il s’agit de 2476 agents répartis dans divers ministères, restés au service de l’administration depuis le 31 décembre 2007 et qui n’avaient toujours pas fait l’objet de reversement avant la suspension du processus le 11 janvier 2017. A leur profit, le gouvernement a instruit le ministre du Travail et de la Fonction publique qui prendra les dispositions nécessaires afin que la commission dédiée traite diligemment les dossiers des intéressés pour aboutir à la signature de leurs contrats.
Pour les concernés, c’est un ouf de soulagement de pouvoir bénéficier de cette faveur qui les extirpe des difficultés créées par le régime précédent et qui auraient pu porter un coup dur à leur emploi et par ricochet à leur bien-être. Comme il l’a déjà fait pour bien d’autres dans des situations difficiles, le président Patrice Talon pose un acte qui redonne le sourire à 2476 agents de l’Etat.  

Près de 3 milliards pour garantir la retraite à 3100 agents

Le gouvernement a également pris ce mercredi 11 septembre, des mesures d’accompagnement au profit des agents contractuels de l’Etat admis à la retraite en application de l’article 2 de la loi n°2015-19 du 15 novembre 2016 modifiant et complétant la loi n° 86-014 du 26 septembre 1986 portant code des pensions civiles et militaires de retraite. Les implications de cette loi ont introduit des modifications dans la carrière de 41.117 agents et ont ainsi contraint, pour la période du 1er janvier 2017 au 1er octobre 2019, un effectif de 1050 agents ayant cessé leurs activités professionnelles avant la limite des 60 ans. Sur ces 1050 agents, seulement 545 pourront prétendre à une pension de retraite proportionnelle alors que 505 ne pourront bénéficier que d’une allocation de vieillesse, faute d’avoir totalisé un minimum de 15 ans de service quel que soit le régime de retraite considéré. Le Conseil a décidé de la prise en charge par l’Etat, du versement de leurs cotisations sociales au titre de la période qu’ils passeront hors de l’administration jusqu’à l’âge de 60 ans pour chacun d’eux. Les projections à l’horizon 2030 donnent un effectif de 3100 agents dont 2441 pourront bénéficier d’une pension de retraite proportionnelle, tandis que 659 autres recevront une allocation de vieillesse. L’incidence financière des compléments de cotisations à verser par l’Etat s’élève à la somme de 2.725.846.327 F Cfa. Les ministres concernés par la gestion de ce dossier ont reçu des instructions pour  les diligences à accomplir afin de faire bénéficier de la mesure à tous les agents concernés.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1669 fois