Du 17 au 19 juillet, se tient à Cotonou la première rencontre des experts en prélude à la 10e conférence du Cadre de concertation des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’espace Uemoa. Les travaux ont été officiellement lancés par le ministre béninois des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, président en exercice du cadre de concertation.

« Renforcer et pérenniser les acquis pour le développement de la formation professionnelle et la promotion de l’emploi dans l’espace Uemoa : Rôles et implications des acteurs ». C’est autour de ce thème que des experts venus des différents pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine échangent depuis hier. Ces assises se tiennent en prélude à la 10e conférence des ministres en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle de l’espace Uemoa qui aura lieu en septembre prochain au Bénin. « La dixième Conférence des ministres nous donne l’occasion de capitaliser les acquis, de définir de nouvelles perspectives et d’interroger chacun des acteurs sur son implication », précise le secrétaire permanent du Cadre de concertation, Didier Djiego. A l’en croire, le cadre de concertation mis en place depuis 10 ans a vocation d’être un creuset de réflexion et de mutualisation des ressources pour des solutions techniques et pratiques adéquates aux défis de l’emploi et de la formation professionnelle dans l’espace Uemoa. Pour le directeur régional de l’Unesco/Afrique de l’Ouest, chef de file des partenaires du Bénin dans la formation professionnelle et l’enseignement technique, l’emploi des jeunes est le premier grand défi sur le continent. D’où la nécessité de dynamiser l’enseignement technique et la formation professionnelle dans les pays de l’espace.
Présente au lancement officiel des travaux de la rencontre préparatoire, la ministre tchadienne de la Formation professionnelle et des petits Métiers, Ruth Madjidian Padja, insiste sur la nécessité de mutualiser les efforts. Le Cadre de concertation est, selon elle, une opportunité pour tous les pays de l’espace Uemoa. « Le Tchad est très en retard pour ce qui est de la formation professionnelle qui était considérée uniquement comme l’école de la deuxième chance. Il a fallu l’avènement du pétrole tchadien pour se rendre compte de l’importance de la main-d’œuvre qualifiée », soulève-t-elle en réitérant l’engagement du Tchad à faire de la formation professionnelle une priorité. Fort heureusement, le Bénin l’a déjà compris et lancera bientôt sa stratégie en la matière. C’est ce que révèle le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo. « Aujourd’hui, nos pays sont à la croisée des chemins en ce qui concerne l’emploi et la formation professionnelle...Notre système éducatif doit s’adapter aux mutations internationales en s’appuyant sur nos réalités », ajoute-t-il.
Président du Cadre de concertation des ministres en charge de l’emploi de l’Uemoa, le ministre Mahougnon Kakpo rappelle que ce creuset a pour objectif de donner une réponse efficace au chômage ; une vocation qui est en adéquation avec les défis de chacun des pays membres. Dans ce cadre, les participants à cette première réunion préparatoire sont appelés à définir le rôle et l’implication des acteurs dans le développement de la formation professionnelle et la promotion de l’emploi.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 509 fois