Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE

Réunis, hier jeudi 11 juillet, à l’Infosec, les agents du ministère de l'Energie ont procédé à la revue, au 30 juin, de leur Plan de travail annuel gestion 2019. Cet exercice traditionnel, qui marque la fin du premier semestre de l’année, s’est déroulé sous la houlette du ministre de l'Energie, Dona Jean-Claude Houssou.

Au 30 juin de cette année, le ministère de l’Energie peut se réjouir d’avoir enregistré d’importantes réalisations notamment la sécurisation de l’énergie pour l’économie à travers le paiement des frais de location des groupes et d’achat de carburant ; la poursuite de la réalisation des infrastructures socio-communautaires (salles de classe, commissariats pose de poteaux électriques…) au profit des populations de Houèto ; la réalisation des travaux de génie civil dans le cadre de la construction des infrastructures de sécurité du site des centrales puis la réception en usine, du 28 mai au 1er juin dernier, des 75 mille compteurs électroniques à prépaiement de type Sts au profit de la Sbee… Mais ces résultats traduisent une exécution physique du Plan de travail annuel de 32,23% et restent insuffisants par rapport à la prévision moyenne qui est de 56,85%. Comparé toutefois à l’exercice de l’année dernière, le taux d’exécution du Pta du ministère de l’Energie est dans la même fourchette. De plus, le ministère a doublé sa performance lors du deuxième trimestre de cette année, en référence aux résultats de la revue du premier trimestre. Pour ce qui est de l'exécution des marchés publics au 30 juin, au total 34 marchés ont été passés soit un taux de 43,51%. Les marchés dont le processus de passation est en cours sont de l'ordre de 20% et les marchés non lancés sont évalués à 32%. En perspective, le ministère de l’Energie entend atteindre les 85% d'ici la fin du troisième trimestre de l’année. C’est ce qu’il y a lieu de retenir des grandes tendances dans l’exécution du Plan de travail annuel du ministère de l’Energie à la date du 30 juin.

Plus d’engagement !

Pour le ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou, les réalisations sont notables, surtout au regard de leurs impacts sur les populations. Il n’a pas manqué d’insister sur les retombées socioéconomiques, pour les populations riveraines et pour le Bénin entier, de la centrale de Maria-Gléta construite plus tôt que prévu. Néanmoins, il a déploré le retard global dans l’exécution du Pta par rapport aux prévisions.
A en croire le directeur de la Programmation et de la Prospective, Herman Zimé, les performances auraient pu être améliorées avec le démarrage de certains projets, en l’occurrence les projets Pagipg ; la formalisation de certaines prestations à travers une signature de contrat, la célérité dans le processus de levée des fonds de concours et de passation des marchés sur ressources extérieures, la mise en application des lettres de mission pour les structures sous tutelle. « Je note deux choses. En premier, il y a un besoin de clarification systématique, un besoin d'information. Ce besoin ne doit pas attendre les revues pour être satisfait. Deuxième point, il y a de la non-réactivité par rapport aux demandes qui sont faites », signale-t-il. C’est pourquoi le ministre de l’Energie a invité les cadres, chacun en ce qui le concerne, à plus d’engagement pour que les écarts soient comblés... « La dynamique est bonne. C'est une bonne chose que je salue. Mais nous devons rester proactifs », exhorte-t-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 482 fois