Par Maurille GNASSOUNOU depuis Ismaïlia

En ouvrant le bal des matches des huitièmes de finale de la 32e édition de la Can, vendredi 5 juillet dernier, au Al Salam Stadium ou l’antre du stade de l’académie militaire du Caire, les Ecureuils du Bénin n’ont eu besoin que de leur courage et de leur détermination pour arriver à bout des Lions de l’Atlas du Maroc avec son armada de stars. C’était après la séance fatidique des tirs au but (4-2), les 90 mn de jeu s’étant soldées par le score de 1-1. En grand invité surprise des quarts de finale, ils s’apprêtent à partir, cette fois-ci, à l’assaut des Lions de la Téranga du Sénégal après-demain, mercredi 10 juillet au 30 June Stadium du Caire.

Gonfalon au vent, les Ecureuils du Bénin ont déjoué tous les pronostics, vendredi 5 juillet dernier, au Al Salam Stadium du Caire, en se qualifiant pour leur premier quart de finale à la Can. Ils sont venus à bout des Lions de l’Atlas du Maroc, après les avoir poussés jusqu’à la fatidique et éprouvante séance des tirs au but.
Ainsi, après le scorpion de la Gambie, le fennec de l’Algérie et l’épervier du Togo, puis le lycaon ou djurtus de la Guinée-Bissau avec comme garniture des Black stars du Ghana qu’ils ont essayé, les Ecureuils du Bénin s’accommodent désormais bien du lion. Comme les Lions indomptables du Cameroun, ceux de l’Atlas du Maroc ont également fait les frais de leur témérité. Disputant la première huitième de finale de leur histoire en quatre participations à une phase finale de la Can, les Ecureuils les ont contraints à rentrer plus tôt que prévu à la maison, après leur avoir tenu tête (1-1), puis éliminé au bout du suspense (4-1) aux tirs au but.

Une phase de jeu au cours du match

En effet, la Can Egypte 2019 vient d’enregistrer une autre sensation avec l’élimination du Maroc, un de ses grandissimes favoris et auteur d’un sans-faute en phase de groupes, au stade des huitièmes de finale, par le Bénin. Achraf Hakimi, Hakim Ziyach, Younes Belhanda, Boussoufa, Noureddine Amrabat, Nabil Dirar, Youssef  En-Nesyri, Sofiane Boufal entré en cours de jeu et leurs coéquipiers se reprocheront de n’avoir pas réussi à concrétiser leur domination en première partie de jeu. Au retour des vestiaires, comme galvanisés par leur entraîneur, Hervé Renard, ils vont tenter de passer à la vitesse supérieure, mais se feront surprendre sur un corner à la 53e min, lorsque Moïse Adiléhou, libre de tout marquage, prendra à contre-pied leur gardien de but, Yassine Bounou. C’est le premier but encaissé par les Marocains dans la compétition.
Dos au mur, ils accentueront leur pression. Loin de paniquer, Stéphane Sességnon et ses coéquipiers, très solidaires et appliqués, parviendront à contenir leurs assauts jusqu’à la 76e lorsque, profitant d’une offrande de Boussoufa, suite à une énorme bourde de Jordan Adéoti, Youssef En-Nesyrine ne se fera pas prier pour battre Saturnin Allagbé. Dans les ultimes secondes du temps réglementaire, plus précisément à la 96e min, alors qu’on se dirigeait vers la prolongation, les poulains d’Hervé Renard auraient même pu prendre l’avantage suite à un penalty consécutif à une bousculade de Stéphane Sességnon sur Achraf Hakimi en pleine surface de réparation. Mais peu en réussite depuis le début du tournoi, Hakim Ziyach verra sa tentative échouer sur le poteau.
Au cours de la prolongation, il n’y a pas eu grand-chose. Même réduis à 10, après l’expulsion de leur défenseur central, Khaled Adénon, pour deuxième carton jaune à la 98e min suite à un geste d’humeur en direction de l’arbitre angolais
Helder Martins Rodrigues de Carvalho, les Ecureuils du Bénin qui ont souffert, tiendront bon.
Tout se jouera alors aux tirs au but avec Bouffal qui vendangera la deuxième tentative marocaine en l’expédiant au-dessus. Il sera suivi de Youssef En-Nesyri qui a vu son tir repoussé par Saturnin Allagbé, d’une claquette de la main sur la barre transversale.
Comme Olivier Verdon, David Djigla et Anane Tidjani qui l’avaient précédé, Mama Séibou transformera sa tentative pour envoyer le Bénin en quart de finale, mercredi 10 juillet prochain au Caire. Quel incroyable scénario ? Enorme déception donc pour le Maroc, candidat au titre. Sa première qualification pour les quarts de finale en poche, le Bénin peut, pendant ce temps, continuer de rêver. Stéphane Sessegnon a été désigné homme du match.
Précisons qu’à l’issue de la rencontre, le joueur marocain Mbarek Boussoufa, 34 ans, a décidé de prendre sa retraite internationale. « On n’a pas une explication à ce qui s’est passé.On a tout donné sur le terrain, mais ça n’a pas fonctionné », a-t-il déclaré.
« Aux lions suivants », crie-t-on déjà dans le nid à Ecureuils, surtout que le prochain adversaire n’est que l’équipe des Lions de la Téranga du Sénégal. Ces derniers ont eu raison (1-0) des Cranes de l’Ouganda, au cours d’un autre match des huitièmes de finale disputé quelques heures plus tard au stade international du Caire, toujours le vendredi 5 juillet dernier. L’unique but de la rencontre a été l’œuvre de Sadio Mané à la 15e min.

Recours en annulation du carton rouge de Khaled Adénon

Lors du match des huitièmes de finale des Ecureuils contre les Lions de l’Atlas du
Maroc,la Fédération béninoise de football n’a pas du tout apprécié la prestation de l’arbitre angolais, Helder Martins Rodrigues De Carvalho. Malgré la qualification de la sélection nationale, elle a adressé, samedi 6 juillet dernier, une correspondance à la Confédération africaine de football pour porter plainte. Dans une autre correspondance, elle a également sollicité un recours gracieux pour l’annulation du carton rouge que l’arbitre a, selon elle, indûment administré à Khaled Adénon au cours du match. A travers son Jury disciplinaire, la Caf a déjà confirmé la suspension automatique du joueur pour le prochain match du Bénin contre le Sénégal.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 594 fois