Le Bénin procède ce jeudi 27 juin au lancement officiel du projet Swedd. Une importante initiative de développement qui vise l’autonomisation des femmes et la promotion de l’entrepreneuriat chez les jeunes. Il représente une opportunité pour impacter ces couches et c’est pour cette raison que le Bénin y a adhéré. Mardi 25 juin, le ministre d’Etat, Abdoulaye Bio Tchané a levé un coin de voile sur les grandes orientations de ce projet.
 

Le Bénin procède demain 27 juin au lancement officiel du projet Swedd, la traduction en anglais du Projet d’autonomisation des femmes et de dividende démographique pour les femmes du Sahel. Plus qu’une simple cérémonie de lancement, le ministre d’Etat
Abdoulaye Bio Tchané invite à voir à travers cette initiative, un signal fort que le Bénin lance à ses principaux partenaires sur le projet que sont la Banque mondiale et le Fonds des Nations Unies pour la population. C’est pour leur dire que « nous sommes prêts », a laissé entendre le ministre dans un bref entretien sur le projet. Un projet qui, selon ses explications, est destiné à soutenir l’autonomisation des femmes, encourager les pays adhérents à saisir les opportunités que présente le dividende démographique. Son objectif est d’améliorer le niveau d’autonomisation des femmes, des adolescentes et des jeunes filles. D’une part, la finalité est d’accroitre leur accès aux produits et aux services de santé sexuelle et reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle de qualité. De l’autre, il s’agit de renforcer leurs capacités à prendre des décisions qui contribueront de manière durable au développement harmonieux de leurs communautés.
Quoique destiné aux pays du Sahel, le Bénin s’y est intéressé pour de multiples raisons, explique-t-il. Il y voit un intérêt pour des couches importantes de sa population comme les jeunes, les jeunes filles et jeunes femmes. Ce qui fait du Bénin le septième pays adhérent en Afrique de l’Ouest après le Burkina-Faso, la Côte-d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. « C’est un projet important de par sa taille parce que nous bénéficions d’une subvention de 50 milliards de francs Cfa pour soutenir dans notre pays, l’autonomisation des jeunes filles et des jeunes femmes qui ont des besoins importants », détaille le ministre. Abdoulaye Bio Tchané précise que pour le gouvernement béninois, c’est un projet d’envergure parce qu’il s’occupe d’une frange non négligable de la population et permettra de s’attaquer à un problème important qu’est le dividende démographique. Comment saisir l’opportunité de la jeunesse pour agir en matière de santé, de santé reproductive et autres besoins essentiels, ce sont là les défis que compte relever le Bénin, ajoute-t-il.  
En termes de gain, il espère avec le Swedd, un impact sur 3,5 millions de personnes surtout les jeunes et les femmes. «Nous allons nous attaquer à des problèmes comme l’éducation pour permettre à beaucoup de jeunes filles de bénéficier de bourses pour des formations technique et professionnelle. D’autres vont saisir des opportunités dans l’entrepreneuriat », ajoute le ministre d’Etat. Le projet prend aussi en compte la santé prénatale à travers des formations à l’endroit des sages-femmes. En somme, le Swedd, « projet majeur en matière de développement » se résume par lui en «une chance pour notre pays de résoudre des problèmes » et de se donner d’ouverture en matière de développement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 656 fois