Les 36 députés élus sur la liste du Bloc républicain se fondent en un seul groupe parlementaire dénommé « Bloc républicain » qui se réclame de la minorité parlementaire mais entend accompagner les actions du président Patrice Talon.

La huitième législature enregistre son premier groupe parlementaire. Il est dénommé ‘’Bloc républicain’’ et est composé des 36 députés élus sur cette liste à l’issue des élections législatives d’avril 2019. Le groupe parlementaire est présidé par le député Jean-Michel
Abimbola. La déclaration de constitution de cet organe politique de l’Assemblée nationale a été lue à la tribune de l’hémicycle, en marge de la séance plénière de ce lundi 20 mai au palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Selon l’honorable Chantal Ahyi qui en a fait la lecture, le groupe parlementaire « Bloc républicain» entend initier et défendre toute réforme législative qui consacre ou renforce la confiance du peuple béninois en ses institutions; la vitalité de la démocratie axée sur le développement ; un système économique de libre entreprise faisant la part belle à l’économie numérique, et où l’Etat met en place les conditions d’un développement rationnel et assaini grâce à une lutte plus accrue contre la corruption, la mal gouvernance et l’impunité. Il s’engage également à promouvoir une politique sociale plus adaptée par la mise en place et un accès équitable aux services sociaux de base; l’instauration d’une administration publique plus performante au service des citoyens; un régime politique de démocratie pluraliste dans lequel les droits de la personne humaine et l’Etat de droit sont mieux promus et garantis.
Aussi, le député Jean-Michel Abimbola et les siens veulent-ils œuvrer à soutenir le gouvernement dans toutes ses réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales toutes les fois que celles-ci seront conformes à ses aspirations idéologiques et axées sur la préservation de l’intérêt général. « Le groupe parlementaire se réclame de la minorité parlementaire. Toutefois, nous tenons à rassurer que bien qu’étant de la minorité, nos idées et notre combat ne seront pas minoritaires. Ils ne sauraient l’être dans la mesure où elles sont partagées par tous les Béninois épris de paix et de justice sociale, de développement économique dans un environnement favorisant la saine et loyale compétition des valeurs productrices de richesses », précise la déclaration rendue publique hier. Pour les députés du Bloc républicain, cette conviction les conforte dans l’idée que le Bénin, laboratoire de la démocratie en Afrique et qui a lancé le concept de la Conférence nationale en 1990 est en passe de rééditer l’exploit en expérimentant une réforme du système partisan qui fera école et qui sera dupliquée très rapidement dans tous les pays qui ambitionnent une démocratie qui nourrit effectivement le peuple.

L’Union progressiste s’annonce pour ce jour

Les députés du parti Union progressiste annoncent eux aussi la création de leur groupe parlementaire pour ce mardi 21 mai. Ils n’étaient pas prêts ce lundi pour emboîter le pas à leurs collègues du Bloc républicain. L’honorable Marcellin Ahonoukoun, au nom du parti, a demandé au président de l’Assemblée nationale, Louis Vlavonou, le report à ce mardi de la création du groupe parlementaire de l’Union progressiste. Demande à laquelle ce dernier a accédé. Le parti se retrouve donc ce mardi pour mettre sur pied ce groupe parlementaire.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 360 fois