Le plus dur semble commencer pour la Commission électorale nationale autonome (Céna) et les maries tenues d’enlever les affiches électorales et autres moyens de propagande utilisés par les différents candidats en vue des élections législatives du 28 avril prochain.

L’article 68 de la loi n°2018-31 du 9 octobre 2018 portant Code électoral en République du Bénin est on ne peut plus clair sur la question. Il fait obligation à ces deux structures de faire ce travail concurremment et à un jour franc avant le début du scrutin. Avec la campagne électorale qui s’achève ce vendredi 26 avril à minuit, la Céna et les mairies sont tenues donc d’enlever sur toute l’étendue du territoire national ces affiches des listes du Bloc républicain et de l’Union progressiste qui jonchent tout le pays. Ce travail de salubrité publique doit être fait au plus tard ce samedi 27 avril à minuit. Ainsi à l’aune de cette loi, plus aucune affiche électorale ne devrait être retrouvée dans nos villes et campagnes à l’ouverture du scrutin du dimanche 28 avril prochain, pour un vote équitable et transparent. En tout cas, l’article 385 du Code électoral punit toute violation de cette disposition de la loi, d’une peine d’emprisonnement allant d’un an à deux ans et d’une amende de cinq cent mille à un million de Francs Cfa.

Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 620 fois