Le positionnement d’une femme parmi les candidats titulaires dans la 9e circonscription électorale ne passe pas inaperçu. C’est un honneur, estiment des électrices dans certaines localités de cette circonscription, et elles promettent d’honorer cette candidate à travers un vote massif en sa faveur.

Tam-tams, gongs, castagnettes… Vendredi 19 avril dernier à Awaya (commune de Dassa Zounmè), les femmes sont sorties massivement pour rencontrer l’une des leurs, candidate titulaire dans la 9e circonscription électorale, et la célébrer. Très vite, la séance d’échanges entre les leaders de l’Union progressiste et ces femmes va se transformer en une fête populaire au cours de laquelle, Christelle Dossi Houndonougbo a été magnifiée par ses sœurs. « Gnonnou Zogbin » !
C’était le slogan pour exprimer leur enthousiasme. « Nous avons longtemps espéré ce moment », fait savoir l’une d’elles, dansant de toutes ses forces au milieu de la foule. Pour cette sympathisante, les femmes d’Awaya et de Soclogbo ont longtemps attendu de la voir dans une position confortable. « Elle était toujours suppléante. Cette fois-ci, c’est la bonne », se réjouit une autre, invitant ses paires à ovationner la liste Union progressiste.
S’ensuivra une longue séance d’échanges au cours de laquelle Christelle Dossi Houndonougbo, deuxième candidate titulaire sur la liste de l’Union progressiste, et son suppléant Nicaise Fagnon donnent des explications sur les raisons qui militent en faveur du choix du logo de leur parti, le géant baobab au feuillage vert, le 28 avril prochain. « Nous sommes un parti social. Nous constituons la principale force pour solutionner les difficultés des populations à la base », soutient Nicaise Fagnon.
Christelle Dossi Houndonougbo, pour sa part, rappelle à ces femmes qui se réclament éclaireuses et promettent de porter la bonne nouvelle de sa candidature partout ,qu’elles doivent « donner la force à l’Union progressiste de contrôler le Parlement et dans un an, de contrôler les municipalités et les mairies ».
Si depuis dix ans, les liens avec ces femmes n’ont pu être rompus, le scrutin du 28 avril prochain donne l’occasion de les consolider davantage, indique par ailleurs la candidate. « Je travaille avec ces femmes depuis 10 ans, ce qui justifie d’ailleurs qu’elles parlent de Gnonnou Zogbin. Avec elles, nous avons déjà mené plusieurs campagnes pour les élections. Elles me connaissent bien et se plaignaient de me voir toujours derrière les hommes. C’est une obligation pour elles de voter car elles ont eu ce qu’elles ont toujours réclamé »,
rappelle aussi la candidate.
Exhortation à remplir les urnes avec des logos estampillés Union progressiste le 28 avril, mais aussi exhortation en faveur de la paix. Les candidats de l’Up ont alors invité ces militantes à préserver la paix par tous les moyens et à ne céder à la moindre provocation. Avant de rejoindre les « Gnonnou zogbin »
à Awaya, la deuxième candidate Up dans la neuvième et son staff ont parcouru plusieurs autres localités. Ils étaient notamment avec les populations de Kpékpédé et Adjallè dans l’arrondissement de Tré, mais aussi à Dassa centre et Kpossègan dans l’arrondissement de Gbaffo.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 485 fois