La première session criminelle au titre de l’année 2019 de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) s’ouvre, ce lundi 8 avril, au siège de la juridiction à Porto-Novo. Elle connaitra, au total, de cinq dossiers portant sur des faits, entre autres, de détournements de deniers publics, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux, escroquerie aggravée, violation de la loi sur le système financier décentralisé en République du Bénin, abus de fonction et trafic international de drogue.

L’annonce en a été faite par le procureur spécial près la Criet, Gilbert Ulrich Togbonon, lors d’un point de presse qu’il a animé vendredi dernier à Porto-Novo. Au nombre des cinq dossiers inscrits au rôle, informe le conférencier, figure le cas des accusés ayant bénéficié des arrêts de disjonction dans l’affaire des structures illégales de placement et de collecte de fonds dite « Icc services » pour laquelle la chambre criminelle de la Criet a statué et rendu son verdict le 7 février dernier, après trente-deux journées d’audience. La cour examinera les cas de ces accusés qui, pour une raison ou une autre, n’ont pas comparu à la barre lors de ce procès. L’audience criminelle de ces mis en cause est prévue pour le vendredi 12 avril prochain. Ils pourraient dès lors être fixés sur leur sort à l’instar de leurs huit co-accusés dont deux ont été acquittés purement et simplement et six condamnés à 3, 8 et 10 ans d’emprisonnement ferme.
Mais avant cette audience criminelle sur le dossier « Icc services», la session criminelle va connaître, demain mardi 9 avril, d’une affaire d’escroquerie aggravée dans laquelle plus de 600 personnes ont été déclarées victimes. En fait, ce dossier ouvre le bal du procès criminel des cas des consorts de l’affaire « Icc services et consorts » qui seraient au nombre de 18 structures illégales de microfinance. Compte tenu du nombre des victimes, le parquet spécial près la Criet invite ces dernières au calme et à la discipline non seulement au cours de l’audience mais aussi aux abords du siège de la juridiction. Gilbert Ulrich Togbonon en appelle au civisme et à la discipline de tous afin de permettre la conduite des débats dans le calme et la sérénité comme ce fut le cas lors de la dernière audience criminelle.


Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1022 fois