La salle de conférence de la préfecture de Lokossa a abrité, lundi 18 février dernier, la cérémonie d’installation officielle de trois jeunes logisticiens au profit du système sanitaire du département du Mono. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la phase pilote du Programme des jeunes logisticiens professionnels (Pjlp) mis sur pied pour améliorer la disponibilité des produits de santé.

Les trois professionnels sont recrutés pour le compte de Comé, Bopa et Grand-Popo, les communes du département du Mono, retenues pour la phase pilote du Programme des jeunes logisticiens professionnels (Pjlp). Leur mission, prévue pour durer les quatre prochaines années, se décline en trois volets. Il s’agit, d’abord, d’appuyer les agents de santé dans la gestion des magasins et stocks de médicaments et autres produits de santé. Ensuite, d’assister les mairies, la préfecture et les autres acteurs de la décentralisation pour mieux assumer les compétences transférées par l’Etat aux termes des dispositions de l’article 100 de la loi 97-029 portant organisation des communes en République du Bénin. Et enfin, d’apporter un appui à la disponibilité des médicaments à travers le suivi et l’élaboration des rapports réguliers sur les données de la chaîne d’approvisionnement.
Les trois jeunes logisticiens, dont une dame, ont été installés dans leurs fonctions par le secrétaire général de la préfecture de Lokossa. Arnaud Agon les a exhortés à donner le meilleur d’eux-mêmes. Il n’a pas manqué d’inviter les maires des trois communes présents à la cérémonie à soutenir les professionnels mis à la disposition de leur système sanitaire. Quant à la partition de la préfecture de Lokossa, le secrétaire général gage qu’elle sera assumée pleinement à travers le rôle de coordination et de tutelle pour « une parfaite réussite du programme dans l’intérêt du bien-être des populations à la base et aussi pour sa pérennisation ».
Le Pjlp est mis en œuvre, depuis septembre 2018, grâce au financement de l’Agence américaine de développement (Usaid) et le Fonds des Nations Unies pour la population (Unfpa). Il est piloté par la Plateforme du secteur sanitaire privé (Pssp) sous la houlette du Dr Lucien Dossou-Gbété. Saluant l’engagement de la préfecture et des maires à accompagner le programme, Dr Lucien Dossou-Gbété rappelle qu’au terme de la phase pilote, les communes devront prendre la relève du Pjlp.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 647 fois