Cotonou a abrité, ce jeudi 14 février, la journée de réflexion sur la gouvernance du Réseau béninois d’éducation et de recherche. Initiée par l’Agence pour le développement du Numérique, cette journée permettra de définir les grandes orientations à donner au réseau. La cérémonie d’ouverture a été coprésidée par le ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, et sa collège de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso.

L’interconnexion entre toutes les universités du Bénin sera bientôt une réalité. Les cadres des ministères de l’Enseignement supérieur, de l’Economie numérique ainsi que les fournisseurs d’accès Internet se sont retrouvés hier à Cotonou pour réfléchir sur la gouvernance du Réseau béninois d’éducation et de recherche. Occasion pour les participants à ces assises de proposer les grandes orientations stratégiques pour la gouvernance dudit réseau.
La ministre de l’Economie numérique et de la Communication, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, présente aux côtés de sa collègue de l’Enseignement supérieur, a fait savoir que cette journée offre l’occasion de rappeler la dynamique dans laquelle le pays s’est résolument engagé sous le leadership du président de la République. « Nous ne nous contentons pas seulement de la signature du Protocole d’accord avec le Réseau d’éducation et de recherche de l’Afrique de l’Ouest et du Centre mais il s’agira aussi de faire l’interconnexion des universités et des centres de recherche à l’intérieur du pays », a-t-elle indiqué. Elle ajoute qu’à l’instant où ce réseau entrera dans sa phase opérationnelle, 12 sites universitaires appartenant aux 4 rectorats seront connectés. Selon Aurélie Adam Soulé Zoumarou, le numérique est en train de contracter beaucoup de mariages et le mariage avec l’éducation reste le plus prometteur pour l’avenir. « Ce réseau sera un bel outil au service de la communauté universitaire et sa gouvernance doit être un facteur clé de succès », envisage-t-il.
In fine, elle a exprimé son souhait de voir les réflexions qui émaneront de cette journée refléter les intérêts communs en mettant en lumière les attentes.
La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie-Odile Attanasso, a rappelé que le gouvernement a l’ambition de transformer le Bénin en une plateforme régionale des services numériques afin d’accélérer la croissance et l’inclusion sociale. C’est en cela que, précise-t-elle, l’établissement et l’exploitation du réseau national de recherche constituent une étape importante pour la généralisation du numérique dans l’éducation et la formation dans les universités. Selon la ministre Marie-Odile Attanasso, le déploiement du numérique à un très haut débit va interconnecter les centres de recherche et les universités et permettre une forte interaction entre les acteurs de l’enseignement supérieur. « Nous évoluons dans un monde globalisé et numérisé. Il est donc de notre devoir d’accompagner les changements induits par le développement du numérique et de préparer le public de nos universités à une appropriation de ces nouvelles technologies », affirme-t-elle. Elle ajoute que l’utilisation des nouveaux outils technologiques et numériques va certainement modifier la façon dont la science et la recherche s’organisent sur le sol béninois. A l’en croire, le Réseau béninois d’éducation et de recherche donnera aussi l’opportunité d’une étroite interaction entre les agents économiques à travers les partenariats conclus avec d’autres universités, des entreprises, des collectivités publiques ou privées…

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1776 fois