La première conférence des directeurs des systèmes d'information s'est tenue ce 6 février à Cotonou. Ce cadre institué par décret présidentiel vise à assurer le respect des normes et standards dans la conception et l'exécution des projets, ainsi que dans la mise à jour du schéma directeur national des systèmes d'information. Occasion pour la ministre de l’Economie numérique et de la Communication d’en appeler à plus d’efficience et de responsabilité.

Au nombre des départements ministériels transversaux du gouvernement actuel, figure le ministère de l'Economie numérique et de la Communication. La conférence des directeurs des systèmes d'information qui s'est tenue ce 6 février à Cotonou le prouve si bien. Car, le numérique répond à des besoins d'optimisation de la politique du gouvernement dans les domaines de la santé, de l'agriculture, de la justice, de l'administration…Ladite conférence, ayant réuni les directeurs des systèmes d'information (Dsi), tant des ministères sectoriels que d’autres organismes dont les sociétés d'État, l’a davantage démontré hier. Grâce aux facilités qu’il offre, le numérique permet, en effet, de fédérer les ressources des différents services qui avaient pris l'habitude de travailler en solitaire, sans une bonne coordination ou sans partage d'expériences, avec à la clé, un résultat qui n'est toujours pas le meilleur.

Normes et standards

Aussi, et conformément au décret 2018-531 pris en novembre 2018, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, les a-t-il exhortés, en tant qu’acteurs clés, à désormais remédier à ce mode de fonctionnement et d'avoir un objectif commun, à fédérer, implémenter leurs efforts. Ceci peut se faire grâce au numérique notamment, l’importance du numérique pour mieux piloter les projets de développement inscrits au programme d'actions du gouvernement n’étant plus à démontrer, car assurant la transversalité de tous les projets et initiatives liés au numérique, mais plus encore.
Insistant sur leur responsabilité, la ministre de l’Economie numérique et de la Communication a appelé les différents directeurs de la gouvernance du système d'information réunis à cet atelier, à s’approprier les standards en matière de conception et d'exécution des projets, ainsi que les normes dans la mise à jour du schéma directeur national des systèmes d'information. La finalité dudit atelier étant d’ailleurs de les fixer sur la cohérence entre les projets en cours d'exécution dans leurs différentes structures, afin de disposer de propositions efficientes sur les réponses que doivent donner les autorités aux problèmes cruciaux qui se posent au pays. Aurélie Adam Soulé Zoumarou les invite donc à plus de responsabilité et à intervenir efficacement, dans la planification, à agir par anticipation si nécessaire, pour la réussite des projets soumis à leur expertise. Des projets qui, selon le directeur par intérim de l'Agence des Services et systèmes d'information (Assi), Thierry Ahouassou, ont un impact social, économique dans divers domaines. D’où la nécessité d’efficience et d’optimisation des coûts, qui passent notamment par la fédération des énergies.
Selon le directeur par intérim de l'Agence des Services et systèmes d'information (Assi), l’atelier de ce mercredi 6 février leur aura permis de se retrouver pour faire le point des travaux effectués et faire des projections dans la droite ligne de la politique gouvernementale. Il s’agira aussi de clarifier, grâce à ce creuset, selon Thierry Ahouassou, le contenu du décret 2018-531 l'instituant, de faire le point des acquis du flux du numérique depuis un an et de faire des propositions en s'appuyant sur les objectifs stratégiques assignés. Cette conférence permettra également de proposer des projets sur lesquels il faudra s'appuyer pour mettre en place le schéma directeur national du système d'information.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2405 fois