Cotonou abrite, depuis ce lundi 10 décembre, et ce pour quatre jours, un atelier de mise en œuvre des garanties nucléaires pour le Bénin. Cet atelier organisé conjointement par l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Bénin et le gouvernement béninois se penchera sur les points clés de non-prolifération nucléaire et surtout la mise en place d’une Autorité de réglementation pour superviser la mise en œuvre des accords internationaux en la matière.

En adhérant au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (Tnp) depuis 1972, le Bénin a compris que la prolifération des armes nucléaires constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales, et qu’il faut s’y opposer résolument. A la cérémonie d’ouverture de l’atelier sur la mise en œuvre des garanties nucléaires pour le Bénin, le Conseiller spécial à la santé du chef de l’Etat, le docteur Aristide Talon, a rappelé que les dispositions prises par le Bénin depuis. La mise en place d’une Autorité de réglementation chargée de superviser la mise en œuvre des accords en la matière préoccupe, dit-il, le gouvernement.
L’atelier, dont les travaux ont démarré hier, vise donc à souligner l’importance de l’entrée en vigueur d’un accord de garanties généralisées et d’un protocole additionnel pour le Bénin. Il a aussi pour objectif de décrire les obligations d’information du texte modifié du protocole relatif aux petites quantités de matières ; de décrire les obligations d’information de protocole additionnel, puis la description par le Bénin des prochaines étapes de ses plans de mise en œuvre.
En effet, le statut de pays membre permet au Bénin de bénéficier des avantages de la communauté internationale, mais il doit s’acquitter de ses obligations. A ce propos, la chargée d’Affaires de l’ambassade des Etats-Unis au Bénin, Laura Hruby, a saisi cette opportunité pour souligner deux aspects essentiels. Les Etats-Unis, selon elle, cherchent à renforcer la communauté de non-prolifération en faisant la promotion et en soutenant les avantages des utilisations pacifiques de la science et de la technologie nucléaires. Elle rappelle que, par l’intermédiaire de l’Agence internationale de l’énergie atomique (Aiea), le Bénin a sollicité du soutien en faveur des initiatives. Et au nombre de ces initiatives, la mise en place de traitements médicaux par radiation pour la gestion globale du cancer ; l’amélioration de la production de légumineuses et l’utilisation des rayons ionisants dans les applications diagnostiques et thérapeutiques.

Le soutien des Etats-Unis

Laura Hruby a annoncé que les Etats-Unis ont informé l’Aiea de leur intention d’accorder la somme de 910 000 Euros, soit plus de 596 050 000 francs Cfa encore nécessaires pour accompagner le Bénin dans ces différents projets. Les Etats-Unis, ajoute-t-elle, entendent également soutenir une autre demande de financement du projet de coopération technique du Bénin auprès de l’Aiea. Ce projet qui n’a pas encore reçu de financement et qui est intitulé «Soutien à la mise en place d’un cadre réglementaire pour l’utilisation sûre et sécurisée des sciences et applications nucléaires » sera réalisé une fois que le Bénin aura créé son autorité de réglementation nucléaire.
Les Etats-Unis, assure la chargée d’Affaires, sont déterminés à promouvoir les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire pour aider les pays signataires du traité de non-prolifération des armes nucléaires à réaliser leurs projets de développement. Pour ce qui concerne le Bénin, les Etats-Unis sont impatients de voir les progrès réalisés dans les projets et les avantages concrets que les applications médicales et agricoles vont apporter à la population béninoise.
Après avoir rappelé le rôle de l’Aiea, le Conseiller juridique de cette structure, Sylvain Fanielle, rappelle que le Bénin a signé le protocole depuis juin 2005. L’Aiea, indique-t-il, vérifie que les Etats s’acquittent de leurs obligations en matière d’utilisation pacifique de matières et de technologies nucléaires par le biais d’activités de vérification indépendantes conçues pour détecter tout détournement de matières nucléaires ou toute utilisation abusive de la technologie nucléaire.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1552 fois