Le vice-premier ministre belge, Alexander de Croo, et Marie Odile Attanasso, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération par intérim, ont procédé, ce jeudi 29 novembre, à la signature d’une Convention spécifique pour l’exécution du Programme indicatif de coopération d’un montant de 60 millions d’Euros soit plus de 39 milliards F Cfa sur la période 2019-2023. Cela porte sur l’économie et la santé sexuelle et reproductive.

La santé sexuelle et reproductive, le secteur portuaire et les chaînes de valeurs ajoutées porteuses et les entreprises agricoles bénéficient d’un appui budgétaire du Royaume de Belgique d’un montant de 60 millions d’Euros soit plus de 39 milliards F Cfa pour la période 2019-2023. La Convention spécifique concernant ce financement a été signée par le vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement du Royaume de Belgique, Alexander de Croo, et Marie Odile Attanasso, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération par intérim pour le compte du Bénin.
Après l’échange des documents, Alexander de Croo souligne qu’il y a des points de convergence entre le Programme d’actions du gouvernement du Bénin et les priorités de développement du côté belge. Il note trois grandes actions ayant retenu l’attention. L’économie et l’entrepreneuriat au niveau local à travers le développement de la filière ananas qui a, selon lui, beaucoup de potentialités. La compétitivité du Port qui bénéficie déjà de l’expertise du Port d’Anvers et qui doit aussi bénéficier d’autres programmes. De même, poursuit-il, la santé reproductive et le droit sexuel méritent des actions.
Marie Odile Attanasso, ministre des Affaires étrangères et la Coopération par intérim, précise qu’elle s’inscrit dans le cadre de la 5e commission mixte permanente de coopération bénino-belge. Selon elle, cette convention est dite spécifique parce qu’elle répond à une nouvelle approche de coopération axée sur des domaines d’intérêt précis. « Elle sera l’outil de mise en œuvre de la Convention générale signée à Cotonou entre les deux pays le 6 septembre 2018 », indique-t-elle. Grâce à cette convention spécifique sera exécuté le Programme indicatif de coopération d’un montant de 60 millions d’euros sur la période 2019-2023. S’agissant des domaines d’intervention, elle mentionne la santé sexuelle et reproductive, l’appui au développement du secteur portuaire, l’appui au développement des chaînes de valeurs ajoutées porteuses (Cva) aux agri-entreprises.
Pour rester collée au contenu de la Convention spécifique, la délégation belge a visité le Port autonome de Cotonou où intervient le Port d’Anvers, une entreprise du Royaume de Belgique. A ce niveau, le ministre belge et sa suite ont pris connaissance des défis à relever au Port de Cotonou pour son positionnement.
En ce qui concerne l’agrobusiness, la délégation s’est rendue dans une unité de transformation de l’ananas en jus basée à Allada. Le représentant résident d’Enabel, Olivier Heck, et Wilma Baas, responsable Programme Agriculture, indiquent que la filière ananas a besoin d’être structurée. « Une série d’actions est prévue pour tous les maillons de la filière ananas depuis la production jusqu’à la commercialisation », précise Olivier Heck.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1719 fois