7,2 milliards F Cfa, c’est le montant du projet de budget du ministère de la Fonction publique et du Travail au titre de l’année 2019. Le ministre Adidjatou Mathys a défendu ses prévisions budgétaires devant la commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Selon elle, ce montant permettra à son département ministériel de réaliser certaines réformes.

La première réforme est relative à l’organisation de la gestion des concours de la fonction publique, inscrite au rang des priorités du Programme d’action du gouvernement (Pag). Cette réforme a consisté à élaborer un manuel de procédure et à informatiser le circuit de l’organisation des concours de sorte que le mérite soit le seul critère de réussite aujourd’hui, à un concours organisé pour la Fonction publique, informe le ministre.
A cette réforme, Adidjatou Mathys ajoute une autre, pas des moindres. Il s’agit de l’informatisation et de la mise en ligne des actes des agents de la Fonction publique. « Le ministère de la Fonction publique ressemblait à un marché où les agents de l’Etat quittaient les différents départements du pays à la recherche de leurs actes. Aujourd’hui, nous avons fait un travail qui nous permet à l’apparition des actes, de les mettre en ligne. Il y a une plateforme de consultation de ces actes », révèle Adidjatou Mathys. Selon elle, cette réforme va permettre aux agents d’économiser les frais de voyage, d’éviter la corruption et de se consacrer beaucoup plus au travail. « Il y a aussi en 2018, la dématérialisation de la gestion des actes de carrière. Nous sommes passé à la réforme de l’informatisation et aujourd’hui, nous avons conçu un certain nombre de modules sur la gestion de toute la carrière des agents de l’Etat », ajoute le ministre du Travail et de la Fonction publique. A l’en croire, l’avancement automatique des agents de l’Etat a déjà commencé grâce au système informatisé. « Nous avons mis en place une plateforme où tous les gestionnaires de crédit viennent travailler et dans la deuxième phase, nous allons déployer la plateforme pour que les agents restent dans leurs bureaux pour travailler. Les modules sont conçus pour toutes les positions d’avancement jusqu’à la retraite et nous allons poursuivre le reste », explique Adidjatou Mathys.
La poursuite de la réforme dans la remise des carnets de pension des agents de l’Etat va aussi mobiliser les énergies des agents de son ministère. « Nous sommes en train de travailler, mais les problèmes, ce sont les archives qui ne sont pas bien tenus dans notre pays et les actes dont nous avons besoin pour faire liquider la pension de retraite, on ne les retrouve pas. Nous sommes en train de travailler pour qu’à compter d’avril 2019, nous puissions remettre à bonne date les carnets de pension aux agents admis à la retraite », annonce le ministre du Travail et de la Fonction publique. Adidjatou Mathys a également satisfait aux préoccupations des députés au sujet des raisons pour lesquelles le gouvernement n’organise plus les concours de recrutement dans la fonction publique. Par rapport à cette question, l’autorité ministérielle explique que la situation est beaucoup plus due à l’audit des effectifs des agents de l’Etat estimés aujourd’hui à plus de 80000 dont les 2/3 sont des agents contractuels de l’Etat. « On se demande le service dans lequel 50 agents travaillent, est-ce que ce service a réellement besoin de 50 agents ? Nous faisons un travail à ce niveau afin de faire le redéploiement éventuellement et voir le reliquat à recruter », rassure le ministre du Travail et de la Fonction publique.

Th. C. N.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1750 fois