Le ministère du Plan et du Développement utilisera, en 2019, un budget établi à 14,217 623 milliards F Cfa dont 53,45% destinés aux dépenses en capital humain. Ce montant est en baisse légère par rapport aux prévisions budgétaires de 2018 estimées à 15,5 milliards F Cfa environ.

Les grandes lignes de ce budget ont été dévoilées ce jeudi 15 novembre, par le ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, Abdou laye Bio Tchané. Il était face aux députés membres de la commission budgétaire de l’Assemblée nationale dans le cadre de l’étude du projet de budget général de l’Etat gestion 2019. Selon le ministre d’Etat, ce budget de 14,217 623 milliards F Cfa traduit les actions retenues dans le plan stratégique 2018-2022 et le Document de programmation pluriannuelle des dépenses 2019-2021 de son département ministériel. Lequel plan s’insère dans la droite ligne de la mission assignée à son ministère à savoir, entre autres, l’élaboration et la mise en œuvre des documents de planification notamment le Plan national de développement (Pnd) ; le Programme d’actions du gouvernement (Pag) et le Programme de croissance pour le développement durable (Pc2d).
Le ministère du Plan et du Développement est également présent sur le terrain de la recherche et de la mobilisation des ressources pour le financement des programmes et projets de développement.
Ainsi, avec ce budget prévisionnel, Abdoulaye Bio Tchané prévoit la réalisation d’actions phares dont la poursuite de la modernisation du ministère ; la création des nouvelles directions départementales et leur renforcement ainsi que la mise en place du cadre réglementaire de la gestion des investissements publics. Le ministre d’Etat n’a pas manqué de rappeler que le portefeuille du Projet d’investissement public (Pip) actif de son ministère au titre de la gestion 2019 compte six projets dont un nouveau à savoir le Projet des moyens de subsistance durable (Psmd) ; le Projet commune du millénaire (Pcm-Bonou) ; le Projet d’appui au renforcement des acteurs du secteur privé (Parasep) ; le Projet d’appui à l’opérationnalisation des stratégies de développement (Pasd) ; le Projet d’appui aux politiques sociales (Paps) et le Projet d’appui à la gestion des investissements publics et la gouvernance (Pagipg).  
La réalisation de ces différents projets permettra au ministère d’atteindre ses objectifs notamment impulser le développement économique et social ; assurer le suivi de la mise en œuvre des politiques, programmes, projets et décisions du gouvernement en matière de développement national, régional et local, détaille le ministère d’Etat. « Pour 2019, nous aurons essentiellement six projets dont le projet le plus connu aujourd’hui du ministère, c’est le projet Bénin Taxi », insiste Abdoulaye Bio Tchané. Il se réjouit de la qualité des échanges avec les députés qui sont beaucoup plus préoccupés par le sort de certains projets poursuivis par le gouvernement surtout dans les secteurs de l’éducation et du transport.

Th. C. N.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1268 fois