Les prochaines législatives font bouger les lignes. Contents ou pas de la réforme du système partisan, les partis se concertent, se font la cour, s'allient pour se constituer en grands blocs. Les deux blocs de la Mouvance s’élargissent quasiment chaque week-end. Même l'Opposition qui semblait muette, taciturne sinon timide prend forme avec une élite prête à riposter... Il faut espérer que les unions soient sincères et durables.

Les alliances de partis se multiplient au sein de la Mouvance. Il ne se passe plus de week-end sans congrès extraordinaire d'adhésion de tel mouvement ou parti à tel ou tel bloc. Bloc des progressistes ou Bloc des Républicains, les lignes s'allongent à telle enseigne que l'on n'en saisit plus les bornes. Et dans les rangs, des mastodontes politiques, des rivaux d'hier, des opposants d'antan... Sortie de sa réserve, l'Opposition elle aussi semble avoir pris forme avec en son sein de grands noms de la politique qui, il faut l'avouer, n'ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. Dans leurs rangs, des partis qui se sont affrontés sans ménagement, qui ont crié haro l'un sur l'autre, qui ont vécu une lune de fiel se promettent aujourd'hui la lune de miel. Curieux mariages! Alliance forcée, intéressée ou motivée, on eût dit quand même que la réforme du système partisan fait des miracles! Est-ce pour le meilleur et pour le pire ? 

"Un mariage sans amour est voué à l'échec", répète-t-on de génération en génération. Il en est de même pour les alliances politiques sans conviction profonde. Elles se font et se défont au gré des intérêts. L'histoire au Bénin a laissé un souvenir bien triste des regroupements tous azimuts. Fondés sur des intérêts égoïstes, les blocs se sont bien souvent disloqués au lendemain des joutes électorales du fait des frustrations générées par le partage du "butin politique" après la victoire. Fort de l'adage "l'union fait la force", des mouvements politiques se sont mis ensemble et se sont révélés bien faibles à l'épreuve des intérêts particuliers post-électoraux. Doit-on craindre une implosion des grands regroupements qui se constituent aujourd'hui ?
Dans tous les cas, il faut reconnaitre que les regroupements sont faits par des dinosaures qui n'accepteront pas de se laisser plumer lors du partage des sièges. Au cas où l'opposition arriverait à rafler des sièges au Parlement, le partage entre Fcbe, RB, Usl... sera l'autre défi.
Du côté de la mouvance, le Prd qui a défendu " onguibus et rostro" (ongles et bec) son logo et son siège n'en fera pas moins pour les sièges à partager. Le Fdu de Mathurin Nago, le Psd de Bruno Amoussou, Abt, Rnc... tous voudront avoir leurs voix au chapitre et c'est sans compter avec la détermination des jeunes qui n'entendent plus battre campagne, mouiller le maillot pour finalement rester sur les bancs de touche et regarder leurs aînés se régaler au "festin républicain". Mais attention ! C'est bien à partir du moment où l'on pense que la République, l'hémicycle, les postes politiques... sont un festin, que commencent les rivalités abjectes. Être député devrait être perçu et vécu comme un sacrifice et un service à la nation. L'abaissement de ses intérêts égocentriques pour le rayonnement de la cause commune. Ont-ils tous cette conception de la politique? A l'épreuve des positionnements pour les législatives, les regroupements nous donneront la première preuve de leur solidité.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1186 fois