Le député Boniface Yêhouétomè a tenu, dans l’après-midi du mercredi 7 novembre, dans l’un de ses fiefs, à Tindji-Kpozoun, un géant meeting pour informer sa base de son adhésion au Bloc progressiste et lui expliquer les avantages de cette option. Il était accompagné du député Aké Natondé, président du Congrès pour le développement et la solidarité (Cds-Finagnon).

La sortie du député Boniface Yêhouétomè a mobilisé un monde impressionnant venu de tous les arrondissements de Za-Kpota, de la région Agonlin et de Zogbodomey. A voir la ferveur, c’est à croire que la rencontre était attendue par la base depuis l’annonce de l’adhésion du député au Bloc progressiste. Ces deux leaders politiques de la 24è circonscription électorale, Boniface Yêhouétomé et Aké Natondé, assistés de leurs staffs, ont annoncé officiellement aux populations leur adhésion au Bloc progressiste. Une démarche qui répond aux nouvelles réformes politiques et qui a surtout l’avantage de mettre ensemble les leaders politiques épousant les mêmes idéaux. Elle clarifie le jeu politique et met fin aux combats fratricides sur le terrain. La preuve en est que les deux forces politiques que sont Boniface Yêhouétomé et Aké Natondé sont venues à Tindji-Kpozoun ensemble et dans le même véhicule. Autrefois, adversaires politiques, ces deux hommes évoluaient en solitaire en se livrant de rudes batailles. Désormais, ils se donnent la main au sein du Bloc progressiste pour accompagner le président Talon.

«Un bloc qui compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de partis et mouvements politiques au sein desquels on compte plusieurs ministres, 29 députés, 35 maires et autres chefs d’arrondissement. Et les prochaines élections pourront aisément certifier à travers les urnes que le Bloc progressiste est déjà la première force politique »,laisse entendre le député Boniface Yêhouétomé lors de son adresse aux militants.
Appuyé par Aké Natondé, Boniface Yêhouétomè a expliqué les innovations qu’apportent le code électoral et la charte des partis politiques. Des innovations qui permettront de faire dos, entre autres, à la multitude de partis politiques, de candidatures parfois peu sérieuses, à la prise en otage des partis par des individus ou une famille disposant de la manne financière. Désormais, grâce à la nouvelle charte des partis politiques et au nouveau code électoral, ces tares seront du passé. Selon le député Boniface Yêhouétomé, cette réforme courageuse, qui marque une avancée majeure dans l’histoire politique du Bénin depuis 1960, est à l’actif du président Patrice Talon.
Il faut signaler que cette rencontre s’est tenue sous une pluie battante qui n’a point émoussé l’enthousiasme des militants présents encore moins du député Yêhouétomè. Une pluie que le député perçoit plutôt comme la bénédiction de la nature pour ce choix.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 811 fois