Les cadres du ministère du Travail et de la Fonction publique se sont retrouvés à l’Infosec, ce jeudi 11 octobre, pour procéder à la revue du Plan de travail annuel (Pta) de leur secteur au 30 septembre. Une occasion au cours de laquelle, la ministre Adidjatou Mathys a relevé les progrès réalisés après neuf mois d’exécution du Pta.

Beaucoup d’efforts restent à faire pour espérer l’obtention des résultats attendus. C’est l’avis émis par le ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys, face à ses collaborateurs, lors de la revue du Plan de travail annuel (Pta) au 30 septembre, de son département ministériel. L’atelier réunissant divers cadres de son ministère, selon elle, est un creuset qui permet de comprendre pourquoi et dans quelle mesure les résultats attendus sont obtenus ou pas et d’informer les autorités et les autres parties prenantes sur la performance du ministère.
Adidjatou Mathys rappelle que les travailleurs doivent faire une analyse rétrospective de l’exécution des activités du Pta à fin septembre et comparer les prévisions aux réalisations pour en déterminer les écarts. Mieux, ils doivent identifier les difficultés rencontrées et des mesures correctives qui s’imposent, de manière à améliorer le processus de mise en œuvre du Pta 2018 ; recentrer certaines activités engagées pour le dernier trimestre de l’exercice budgétaire 2018 ; prendre en compte les recommandations formulées par les acteurs à l’effet d’espérer la bonne atteinte des objectifs fixés à fin décembre.
La revue du Plan de travail annuel constitue non seulement une évaluation de l’action du ministère, mais aussi l’exercice de pratiques, d’échanges d’expériences et d’informations sur l’exécution des activités menées à fin septembre qui s’établissent respectivement à 55,84% et 77,21% base engagement et 52,72% base ordonnancement.
En terme de progrès au bout de neuf mois d’exécution du Pta, la ministre du Travail évoque la dématérialisation des actes d’avancement d’échelon des agents de l’Etat ; la réalisation de l’interconnexion entre la Dgfp/Mtfp et la Dgb/Mef pour l’échange de données électroniques dans le cadre du traitement harmonieux des salaires des agents de l’Etat ; les mesures d’apurement de 1 253 dossiers de carrières recensés par l’audit des instances à la Dgfp ; la mise en place d’une base de données centralisée et d’un logiciel au profit du système d’organisation et de gestion des concours ; l’actualisation du manuel de procédures d’organisation des concours de recrutement ; le lancement officiel de l’automatisation des actes de carrière ; l’élaboration des documents budgétaires dont le document de programmation pluriannuelle des dépenses (Dppd) 2018-2020 et le Projet annuel de performance (Pap) 2018 et aux outils de planification ; la sensibilisation de plus de la moitié des maîtres artisans des départements du Zou et des Collines sur les pires formes du travail et le contrat d’apprentissage ; le contrôle de 60% des entreprises privées et parapubliques des communes des départements du Zou et des Collines ; l’immatriculation de plus de 75% des entreprises préalablement contrôlées dans les départements de l’Atlantique et du Littoral, l’installation de plusieurs délégués de personnel au sein des entreprises…
Pour le secrétaire général du ministère, Norbert Kanhounon, 2018 a été une année charnière en terme de réformes ; réforme en terme d’admission à la retraite, réforme dans la prise des actes de carrière, réforme dans le processus d’organisation des concours.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 845 fois