Le projet de construction de la première centrale thermique de 120 MW à Maria Gléta va contribuer à résorber quelque peu le problème de chômage. Environ 1300 emplois, permanents pour la plupart seront pourvus. Cerise sur le gâteau, il a été imposé aux recruteurs de donner priorité aux compétences locales.

Maria Gléta apportera de l’énergie électrique en quantité et en quantité aux populations béninoises. Cela est connu. Mais le projet a un impact social plus important avec les recrutements massifs. Des informations parvenues à notre rédaction indiquent en effet que le répertoire des personnels locaux et expatriés présents sur le chantier fait mention de 1063 agents dont 34 expatriés et 17 femmes pour ce qui concerne le personnel longue durée. De même le personnel employé de façon temporaire est évalué à 122 agents dont 95 nationaux et 27 expatriés. « Il faut dire que le gouvernement a exigé que les entreprises utilisent le maximum possible de personnes au niveau local, afin que les travaux profitent aussi directement aux populations dans la phase de sa réalisation ». 

Actuellement sur le site, les travaux se poursuivent avec plusieurs entreprises chargées de divers travaux. Groupe maisons & travaux (Gmt) par exemple est en charge de la partie génie civil, qui inclut principalement les travaux d’excavation et la fourniture des structures en béton pour les différents bâtiments de la centrale. Le contrat comprend également la fourniture d’une route pavée de 3 km.Son personnel est composé de plus de 500 personnes essentiellement issues des communautés locales et comprend des ingénieurs, des superviseurs, des ouvriers spécialisés et des manœuvres. Pour ce qui est de la structure Cabi, selon les données disponibles, elle est en charge du montage des structures en acier et du bardage de la salle des machines et de la station de dépotage de fioul et que son personnel est composé d’environ 60 personnes recrutées localement et comprend des superviseurs, des ouvriers spécialisés et des manœuvres.
Bénin Scaphandrier, quant à lui, travaille en partenariat avec l’entreprise ivoirienne Sip et son personnel est pour le moment composé d’environ 100 personnes, et sera ensuite ajusté et augmenté selon les besoins des travaux. Le personnel mobilisé comprend des ingénieurs, des superviseurs, des ouvriers spécialisés, des soudeurs et des manœuvres. Mri pour sa part est en charge de la totalité des travaux d’installation électrique de la centrale. Ces travaux viennent de débuter, et ses performances sont pour le moment tout à fait satisfaisantes, selon les mêmes données. Le personnel du site mobilisé par Mri est pour le moment d’environ 40 personnes recrutées localement et comprend des superviseurs, des électriciens et des manœuvres. Friedlander, de son côté, est en charge de la fourniture et du montage clés en mains des réservoirs de stockage de fioul et autres réservoirs de service. C’est un groupe français spécialisé dans les travaux off-shore et énergétiques et présent dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. Le personnel de Friedlander est composé d’environ 50 personnes essentiellement béninoises.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1686 fois