Par 56 voix pour, 00 contre et 11 abstentions, l’Assemblée nationale a désigné Abou Boukari Adam Soulé en remplacement de feu Moïse Bossou, membre de la Commission électorale nationale autonome (Céna) qui a tiré sa révérence le 7 avril dernier dans sa soixante-quatorzième année.

Fin de vacance du siège de feu Moïse Bossou, membre de la Commission électorale nationale autonome (Céna) décédé le 7 avril dernier. Le poste revient désormais à Abou Boukari Adam Soulé. Il a été désigné, ce mardi 11 septembre, par l’Assemblée nationale en remplacement de l’illustre personnalité disparue. Le choix de l’ancien député a été opéré par la majorité parlementaire pour poursuivre le reste du mandat de la Céna qui prend fin en mai 2021. Il ne devrait d’ailleurs en être autrement d’autant que feu Moïse Bossou avait été désigné en 2014 par la majorité parlementaire d’alors sous la sixième législature. Il est du ressort de la majorité parlementaire actuelle de procéder à son remplacement suivant le principe du parallélisme des formes. Et ce, en vertu des dispositions de l’article 21 du Code électoral qui prévoit qu’en cas de démission, de décès ou d’empêchement définitif d’un membre de la Céna, il soit pourvu sans délai à son remplacement. Lesquelles dispositions ont servi de fondement juridique pour la Commission chargée des Lois de l’Assemblée nationale qui a proposé les modalités de désignation du remplaçant de ce membre de la Céna précédemment enseignant de droit public à la Faculté de droit et de sciences politiques (Fadesp) de l’Université d’Abomey-Calavi. C’est donc en respect des dispositions du Code électoral que la majorité parlementaire d’aujourd’hui, composée des députés des groupes parlementaires « Parti du renouveau démocratique » (Prd) présidé par Augustin Ahouanvoèbla ; « Unité paix et démocratie » (Unipaid) dirigé par Mathurin Nago, « L’Union fait la Nation » (Un) d’Antoine Kolawolé Idji, « Bénin uni et solidaire » (Bus) de Bonaventure Aké Natondé, « Agir pour le Bénin » présidé par André Okounlola Biaou et « Agir pour la République » de Barthélemy Kassa, a été proposée par la commission chargée des Lois de pourvoir au poste vacant comme ce fut le cas en 2014. Abou Boukari Adam Soulé est donc appelé à rejoindre les quatre autres membres de la Céna à savoir Basile Fassinou et Freddy Houngbédji désignés par la minorité parlementaire d’alors, Emmanuel Tiando choisi par la majorité parlementaire et Geneviève Boco Nadjo, le cinquième membre qui siège en qualité de représentant de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab).
Mais sans trop aller contre cette modalité de désignation proposée par la Commission des lois, le député Eric Houndété estime que cela hypothèque le souci du législateur de faire de la Céna une institution équilibrée. Ce qui, selon lui, pose le problème de la notion de la minorité et de la majorité dans le temps. « L’équilibre recherché pour la Céna est désormais rompu et sera davantage rompu avec cette désignation », critique le premier vice-président de l’Assemblée nationale.
Il faut préciser qu’Abou Boukari Adam Soulé est originaire du département du Borgou et a été ancien membre du parti Fard Alafia.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2091 fois