Les dossiers de demandes de poursuites devant la Haute cour de Justice des anciens ministres Komi Koutché, Aboubakar Yaya, Valentin Djènontin, Fatouma Amadou Djibril et Simplice Codjo ont franchi, ce mercredi 5 septembre, l’étape de la commission chargée des Lois. Le sort de chacune de ces personnalités se trouve dans les mains de la plénière des députés.

La commission des Lois, de l’Administration et des Droits de l’Homme de l’Assemblée nationale a examiné, ce mercredi 5 septembre, les dossiers de demandes de poursuites devant la Haute cour de Justice des anciens ministres Komi Koutché, Aboubakar Yaya, Valentin Djènontin, Fatoumatou Amadou Djibril et Simplice Codjo. Elle a donné son avis favorable aux demandes formulées par le parquet général près la Cour d’appel de Cotonou via le ministre chargé de la Justice, conformément à la procédure en la matière. Ces anciens ministres du régime passé répondront des charges qui pèsent contre eux devant la Justice.
Selon des sources parlementaires, les dossiers ont été adopIl faut rappeler que l’ex-ministre chargé des Finances, Komi Koutché, et ses anciens collègues chargés de l’Agriculture, Fatouma Amadou Djibril, et de la Justice, Valentin Djènontin Agossou, aujourd’hui député et dont l’immunité parlementaire a été levée en juillet dernier par l’Assemblée nationale, sont tous trois cités dans une même procédure présumée de détournement de fonds de la filière coton relative aux campagnes cotonnières de 2014 à 2016.
Quant à l’ancien ministre en charge de la Fonction publique, Aboubacar Yaya, il est poursuivi dans l’affaire de concours frauduleux de recrutement d’agents de l’Etat organisé par son ministère au profit du ministère de l’Economie et des Finances sous le régime passé. Pour ce qui est du cas de Simplice Codjo, alors ministre chargé de l’Intérieur et de la Sécurité publique, il lui est reproché d’avoir abusé de ses fonctions et d’avoir mal géré les ressources financières destinées aux fonds de sécurité dans le cadre des législatives d’avril 2015 et des municipales, communales et locales de juin 2015. Relativement au cas de Simplice Codjo, aujourd’hui député, on attend de voir si la plénière va soumettre également au vote le dossier de sa demande de poursuites alors que l’immunité parlementaire de l’intéressé n’a pas été jusqu’ici levée, contrairement à son collègue Valentin Djènontin Agossou.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1903 fois