Le Conseil national pour le dialogue social (Cnds) a clos sa deuxième session extraordinaire de l’année 2018, vendredi 31 août dernier, après quinze jours de travaux à Cotonou. Les conseillers ont formulé plusieurs recommandations à l’endroit des travailleurs et du gouvernement au cours de ces assises, dans la perspective de prévenir les probables crises sociales et d’assurer une rentrée scolaire sans anicroche.

« Nous sommes parvenus à des conclusions consensuelles très encourageantes qui ne manqueront pas d’insuffler une nouvelle dynamique à notre institution les jours à venir. », s’est réjoui le président du Conseil national pour le dialogue social (Cnds), Guillaume Attigbé, lors de la clôture de la deuxième session extraordinaire du Cnds. Il en félicite les conseillers qui, du 17 au 31 août dernier, ont échangé sur diverses questions relatives à la vie de l’institution et ont fait des recommandations sur la crise sociale au Bénin. 

Les échanges ont porté, entre autres, sur la stratégie de vulgarisation du guide de campagne des textes fondamentaux du Cnds à travers les douze départements du Bénin, la structuration des organes décentralisés et ou déconcentrés du Cnds, la situation sociale du pays à la veille de la rentrée scolaire. Plusieurs communications ont meublé les travaux dont l’une a porté sur les innovations de la loi n°2017-05 du 29 août 2017 fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’œuvre et de résiliation du contrat de travail en République du Bénin et une autre sur les commissions administratives paritaires prévues par la loi n°2015-18 du 1er septembre 2017 portant Statut général de la Fonction publique.
Selon les conseillers du Cnds, ces commissions constituent un creuset d’échanges, de prévention des crises, de gestion et de négociations collectives lors des conflits sociaux.
Le Cnds recommande au gouvernement d’accélérer l’élaboration des textes définissant les modalités de la mise en œuvre de la loi sur le statut général de la Fonction publique. Aussi, recommande-t-il au gouvernement et aux organisations des travailleurs de vulgariser ladite loi, d’assurer la formation des différents acteurs à tous les niveaux de la hiérarchie administrative, pour un meilleur fonctionnement de ces commissions et pour l’obtention des résultats probants.

Par rapport à la loi n°2017-05 du 29 août 2017 fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main-d’œuvre et de résiliation du contrat de travail en République du Bénin, le Cnds recommande aussi bien à l’endroit du gouvernement, des organisations patronales que des organisations des travailleurs, de s’approprier et de vulgariser la loi, afin que tous les acteurs soient suffisamment imprégnés de son contenu et la mettent effectivement en application chacun en ce qui le concerne.

Exhortations

Le président du Cnds, Guillaume Attigbé, a laissé entendre qu’il est opportun de rétablir au plus vite le climat de confiance entre le gouvernement et les travailleurs. Pour ce faire, poursuit-il, la première condition est de renouer le dialogue. L’enjeu étant de réinstaurer le climat de confiance, le groupe des travailleurs doit comprendre que la dégradation du dialogue relève d’une responsabilité partagée.
Guillaume Attigbé a indiqué que le gouvernement et les confédérations syndicales ont signé, au mois d’août, le procès-verbal de négociations collectives, au titre de la première session ordinaire de la Commission nationale permanente de concertation et de négociations collectives. « Cette conclusion des négociations intervenues à quelques semaines de la rentrée de l’année scolaire 2018-2019 constitue la base des problèmes majeurs à résoudre afin d’assurer une rentrée apaisée », a confié Guillaume Attigbé.
Le Cnds a prévu, entre autres, un atelier de renforcement de capacités des membres titulaires et suppléants qui sera organisé en partenariat avec le Bureau international du travail, un atelier de validation de l’étude sur l’application de la loi n°2001-19 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève au Bénin, l’assemblée générale ordinaire de l’International francophone du dialogue social.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1112 fois