Le président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou, a reçu, vendredi 31 août dernier au siège de l’institution à Cotonou, une délégation du comité d’organisation du bicentenaire de l’intronisation du roi Guézo du Danxomè. Cette délégation conduite par Dah Miminvo Yamongbé Guézo, a échangé avec le président Joseph Djogbénou sur les manifestations officielles devant meubler la célébration de cet anniversaire.

Les filles et fils du roi Guézo projettent de lui rendre un vibrant hommage à l’occasion de ses 200 ans d’intronisation. Des dispositions se prennent pour la réussite de l’évènement. C’est dans ce cadre qu’une délégation du comité d’organisation s’est rendue au cabinet du président de la Cour constitutionnelle pour lui faire part de l’initiative et solliciter son appui et celui des autres conseillers.
Selon Dah Miminvo Yamongbé Guézo, chef de la délégation, cette commémoration sera vécue à la fois comme un bilan et un festival de la culture nationale dont le but est la promotion culturelle et touristique du Bénin. Il rappelle que cela fait 200 ans que le roi a été intronisé et il serait inconcevable que ses fils restent les bras croisés, non seulement face au bicentenaire de son intronisation mais également face à toute manifestation de souvenir en son honneur. Alors que ceux qui ne sont pas directement concernés célèbrent l’illustre roi de différentes manières, a-t-il souligné ; allusion faite aux colons qui ont célébré en 1958 son anniversaire de décès. « C’est une opportunité pour nous qui sommes là aujourd’hui et ce sera une honte pour tous les descendants du roi si nous n’agissons pas », a-t-il confié. Il cite les descendants du roi qui sont directement concernés par l’évènement dont tous les fils de Guézo, de Glèlè, de Béhanzin, d’Agoli-Agbo, de son père Agonglo et de tous les Béninois puisque, justifie-t-il, Guézo n’a pas été uniquement roi pour Abomey mais pour Danxomè, actuel Bénin.
Les manifestations se dérouleront du 3 novembre 2018 jusqu’en 2021 sur toute l’étendue du territoire national. « Tout le monde doit se sentir concerné et le président Joseph Djogbénou en donne déjà le bon exemple en affichant sa volonté de soutenir l’évènement », s’est réjoui Dah Miminvo Yamongbé Guézo qui a souhaité que cette célébration soit planétaire puisque pour sa part, les Brésiliens sollicitent déjà certaines manifestations chez eux.
Guézo fut le neuvième roi d’Abomey qui régna de 1818 à 1858. Son règne va connaître la fin du commerce des esclaves qui constitue la source de la richesse florissante de beaucoup d’anciens monarques africains. Le promoteur de la jarre trouée va développer plus tard la culture du palmier à huile, et d’autres cultures vivrières fortement demandées par l’Occident. Ces actions vont sonner le déclic de l’essor économique du Danxomè. C’est donc à juste titre que cet hommage est envisagé en son honneur.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 837 fois