Le maire de Malanville était devant ses administrés et autres acteurs du développement, vendredi 24 août dernier, pour une séance de reddition des comptes sur les activités menées, conformément aux textes régissant les collectivités locales.

Comme ses collègues d’autres communes, le maire de Malanville, Inoussa Dandakoé, sacrifie à l’obligation de rendre compte de ses activités. Pour ce faire, il était devant ses populations, vendredi 24 août dernier. L’occasion a permis de leur présenter les réalisations financières et physiques du budget 2017 de la commune et celui en cours d’exécution.

Il en ressort qu’il y a eu un accroissement substantiel du taux de recouvrement des recettes au niveau de la commune, à la suite d’un certain nombre de réformes engagées et surtout la mise en place de la régie autonome au niveau du marché international de Malanville. En témoignent les recettes estimées à près de 30 millions de francs Cfa mobilisées grâce à cette dernière.
Pour ce qui est des réalisations physiques, des efforts ont également été consentis. Il s’agit surtout de neuf modules de trois salles de classe plus équipements au profit des écoles primaires publiques de la commune. A cela, il faudra aussi ajouter quarante-huit boutiques, quatorze magasins et des ouvrages d’assainissement pour le compte du marché international de Malanville avec l’appui de la Coopération suisse. Il y a également la réalisation d’un bloc de six boutiques au marché de Sakawan Zénon, de six hangars au marché de Sende, d’ouvrages d’assainissement derrière l’hôpital de zone, la clôture des bureaux d’arrondissement de Guéné. La construction de trois magasins de stockage, d’un logement pour la sage-femme du Centre de santé de Sakawan Tédji, l’acquisition d’un véhicule de commandement, de quarante motos et de matériel informatique et d’autres réalisations ne sont pas passées sous silence.
Cofinancé par la Boad, l’Etat et la commune, le projet de pavage et d’assainissement de certaines rues de Malanville deviendra bientôt une réalité. Il en sera de même pour l’arène de lutte traditionnelle et le stade omnisports de la ville.
Autant d’actions dont la réalisation, selon le maire Inoussa Dandakoé, n’a pas été sans difficultés. Il a évoqué l’ambiance de travail quelques fois tendue entre les membres du Conseil communal, les conflits entre éleveurs et agriculteurs et l’incivisme fiscal. S’agissant des défis à relever, il y a surtout la récurrente question des inondations.
Mais avant, le maire a témoigné sa gratitude au préfet de l’Alibori pour ses interventions en matière d’appui-conseil et de contrôle de la légalité des différents actes de sa mairie. Inoussa Dandakoé a également loué la volonté du chef de l’Etat, pour le soutien qu’il apporte aux communes à travers le Programme d’action du gouvernement.
A cette séance, il y avait les élus communaux et locaux, les responsables des services déconcentrés de l’Etat, des associations de femmes et de jeunes, les acteurs de la Société civile et les têtes couronnées. Des réponses ont été apportées aux différentes préoccupations qu’ils ont soulevées.
En marge de cette séance, Inoussa Dandakoé a procédé à la réception de 40 motos au profit des élus et agents de la mairie, pour faciliter leur déplacement.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 862 fois