Le président de la Cour suprême, Ousmane Batoko, s’est également entretenu à son cabinet, ce jeudi 23 août, avec la présidente de la Haute cour de Justice (Hcj). Au sortir de l’audience, Cécile de Dravo Zinzindohoué confie être venue pour faire ses civilités à un doyen dans la mission d’autant que la Cour suprême est partie intégrante de la Haute cour de Justice. Mieux, le président Ousmane Batoko est le doyen des juges de son institution. 

Cécile de Dravo Zinzindohoué dit avoir saisi l’occasion des échanges avec le président de la Cour suprême pour faire un tour d’horizon des problèmes communs aux deux juridictions. Ce qui lui a permis de bénéficier des conseils et orientations du président Ousmane Batoko dans le sens d’asseoir la visibilité et la fonctionnalité de cette institution qu’elle dirige depuis quelques semaines.
Le président de la Haute cour de Justice se réjouit de l’assurance du président de la Cour suprême, pétri d’une mine d’expériences, qui lui assure son soutien total et promet de s’impliquer personnellement dans la mise en œuvre des différentes orientations souhaitées pour permettre à la haute juridiction de jouer son rôle constitutionnel.
A la suite de la présidente de la Haute cour de justice, le président Ousmane Batoko a reçu plusieurs autres invités dont une délégation du Conseil national pour le dialogue social (Cnds), une structure tripartite (patronat, travailleurs et gouvernement) composée de 31 membres. La délégation conduite par son président Guillaume Attigbé est allée présenter au président de la Cour suprême l’institution créée, il y a douze mois, par le gouvernement et bénéficier des conseils avisés du président Ousmane Batoko pour l’atteinte de ses objectifs, notamment œuvrer à éviter les conflits sociaux entre travailleurs et employeurs?

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1380 fois