Un atelier de validation du Plan de développement agricole du Pôle 5 (Zou-Couffo) s’est tenu, ce mercredi 22 août à Bohicon. Cette rencontre a réuni les maires du Zou et du Couffo et différents acteurs intervenant dans ce secteur.

Le Pôle agricole 5 que constituent le Zou et le Couffo se dote d’un plan de développement agricole, un document qui servira de boussole pour les actions qui y seront menées dans les mois et années à venir.

Hier, a eu lieu l’atelier de validation dudit plan à Bohicon. A l’ouverture des travaux, le préfet du Couffo, Christophe Mègbédji, a indiqué que cette rencontre doit analyser la cohérence des choix opérés dans le Plan de développement agricole du Pôle 5 (Pdap) avec le Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa), le Plan national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Pniasan) et notamment le Programme d’action du gouvernement (Pag). Les participants à cette rencontre se sont assuré que la vision, les axes stratégiques, les composantes et les actions proposées par le comité technique d’élaboration répondent aux attentes et pourraient efficacement contribuer à développer le territoire des quatorze communes des deux départements réunis dans le pôle 5 que sont Abomey, Agbangnizoun, Aplahoué, Bohicon, Covè,
Djakotomey Dogbo, Klouékanmey, Lalo, Ouinhi, Toviklin, Za-Kpota, Zagnanado, Zogbodomey.
Cet atelier s’inscrit dans le processus d’amélioration et d’adaptation du projet de Pdap 2018-2021 du Zou-Couffo afin qu’il puisse servir vraiment de boussole pour le développement des filières de ce pôle et surtout du territoire.
La directrice générale de l’Agence territoriale de développement agricole (Atda 5), Gladys Tossou Lokossou et le directeur de cabinet du ministère en charge de l’Agriculture, Bonaventure Kouakanou, ont, tour à tour, mis l’accent sur l’importance de cette étape de validation de ce document qui sera le bréviaire pour les diverses interventions à faire dans le secteur agricole.
L’élaboration du Plan de développement agricole du Pôle, explique Bonaventure Kouakanou, est en effet une étape très importante pour la série de réformes entreprises par le gouvernement du président Patrice Talon qui a pour ambition de faire de l’agriculture béninoise à l’horizon 2025 «un secteur agricole dynamique, compétitif, attractif, résilient aux changements climatiques et créateur de richesses, répondant de façon équitable aux besoins de sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population béninoise et aux besoins de développement économique et social de toutes les couches de la population du pays ».
Ce document, tout en visant la promotion des filières agricoles locomotives et de diversification dans le pôle 5, s’aligne sur le Psdsa et le Pniasan, tient compte des orientations nationales pour la réalisation de la politique agricole du pays, poursuit le directeur de cabinet.
Présentant l’état des lieux des filières agricoles dans le pôle 5, le document dégage les problèmes majeurs, les défis, des actions à mener par axe prioritaire pour les relever. Une estimation financière du coût du Pdap aura permis d’évaluer les besoins en ressources financières pour sa mise en œuvre à environ 51 milliards de F Cfa.
Des réformes du gouvernement visent à faire du secteur agricole le principal levier de développement économique, de création de richesses et d’emplois sont désormais en cours. Pour ce faire, le gouvernement a mis sur pied sept pôles régionaux de développement agricole pour promouvoir le développement des filières à haute valeur ajoutée. Au nombre de ces pôles, il y a le pôle 5 qui vient de valider son plan de développement agricole.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1598 fois