Le vaste programme de construction des routes élaboré par le gouvernement permettra d’assurer la fluidité du transport des personnes et des biens. Le gouvernement y travaille et est même en passe d’atteindre plus tôt les objectifs fixés, assure le ministre en charge du secteur dans un documentaire diffusé sur la Télévision nationale, lundi 20 août dernier.

Le gouvernement travaille dans la perspective de la concrétisation sous peu de plusieurs projets de route tels que l’extension et la modernisation du port de Cotonou ; la construction du tronçon Boulevard Marina hôtel - ancien Pont de Cotonou, de l’autoroute du contournement nord de Cotonou, de l’aéroport Glo Djigbé, de la Route des pêches (phase 2), de l’autoroute Sèmè-Porto-Novo ; l’équipement conséquent des postes de péage-pesage pour améliorer le contrôle des charges et lutter contre les surcharges, la construction d’une boucle ferroviaire d’environ 3164 milliards F Cfa… 

Dans un documentaire intitulé « Pag infrastructures, carnet de route 2018 » diffusé sur la Télévision nationale, pour faire le point des chantiers d’infrastructures routières en cours d’exécution, plusieurs responsables d’entreprises en charge des travaux ainsi que des techniciens des bureaux de contrôles et autres autorités du ministère de tutelle se sont prononcés sur lesdits travaux.
Dans le secteur de la construction des routes pour le compte du programme d’action du gouvernement, il y a au total 47 projets d’un coût global de 2263 milliards de F Cfa. Au nombre de ces projets, il y a 21 projets phares d’un coût de 1838 milliards Francs Cfa et 26 projets prioritaires d’un coût de 424 milliards Francs Cfa. Sur les 21 projets phares, 7 ont déjà connu un début d’exécution et sur les 26 projets prioritaires; 20 ont déjà connu un début d’exécution.

Zoom sur quelques grands chantiers

Le ministre Alassane Séidou intervenant dans ce documentaire a déclaré que les projets sont à la phase de « concrétisation ». Pour lui, seuls les faits parleront dès lors. « Nous sommes sûrs de pouvoir réaliser le Pag. Nous sommes en train d’évoluer par rapport à l’exécution de ces projets. Il y a des projets qui sont à la phase d’étude, des projets qui sont à la phase de mobilisation des ressources et des projets qui sont déjà à la phase d’exécution physique (…). Ces projets stimulent l’emploi au Bénin et dans les régions impactées… », laisse-t-il entendre plein d’espoir.
Sur la voie Natitingou –
Boukoumbé - Korontière, l’entreprise Sogea Satom fait l’expérience de la fondation avec les matériaux granitiques locaux afin de donner un soubassement solide à la voie. Cette façon de faire donnera plus de durabilité à la voie. Une mission de contrôle surveille le chantier tout comme les structures de contrôle interne du ministère.
Sur l’axe Djougou-Péhunco, il y a la construction d’un ouvrage de franchissement dont les travaux sont à 80 % de réalisation. Le tronçon Kandi-Ségbana déjà est finalisé et permet aux populations de se déplacer plus facilement. S’agissant de la traversée urbaine de Parakou dont les travaux sont à environ 99 % d’exécution, ils doivent prendre impérativement se terminer à la fin du mois d’août.
La route Dassa – Savalou – Bantè – Bassila - Djougou, à fort trafic de gros porteurs en partance ou en provenance des pays de l’hinterland et longue de 257 kilomètres, sera réalisée par l’entreprise Ebomaf qui s’est installée et a déjà réalisé les études sur environ 175 kilomètres. Les travaux ont démarré depuis le 3 novembre 2017. L’avancement physique des travaux est d’environ 13 %. Il faut noter que l’entreprise dispose de 36 mois pour finir les travaux.
Pour ce qui est de la voie Porto-Novo – Akpro-Missérété, d’une longueur de 12,6 kilomètres, les travaux sont en cours.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1161 fois