Les désagréments causés par les travaux entrant dans le cadre de la construction d’infrastructures d’adduction d’eau potable dans les grandes villes et les milieux ruraux ne sont pas du goût des populations du Zou et de l’Atlantique. Le ministre de l’Eau et des Mines, Samou Séidou Adambi, les a invitées à la patience et à un sens de civisme.

« On ne peut faire d’omelette sans casser des œufs », a rappelé, mercredi 15 août dernier, le ministre délégué auprès du président de la République chargé de la Défense nationale, Fortunet Alain Nouatin, lors de la visite du chantier de construction de château d’eau à Abomey en compagnie du ministre de l’Eau et des Mines. Face aux désagréments causés aux populations, le ministre Samou Seidou Adambi a invité les populations à la patience et à un sens de civisme.

A Bohicon et à Abomey, les travaux d’adduction d’eau potable contraignent les riverains à des contournements inhabituels. Les populations de Bohicon se plaignent des difficultés qu’elles endurent chaque fois qu’elles doivent contourner des matériels des travaux publics, des trous profonds creusés par des engins lourds ou des tuyaux de pompage d’eau. Ces difficultés font même l’objet de grogne sur les antennes des radios et sur des chaînes de télévision.
Isidore Gbèffè dit être obligé de contourner des tuyaux sur des kilomètres avant de regagner son domicile. « Avant, avec une vingtaine de minutes, je rentre à la maison. Aujourd’hui, arrivé au carrefour d’Ashomey (une localité de Bohicon), je dois aller prendre par les rails avant de rejoindre mon domicile », raconte-il. Ce qui l’oblige parfois à dépenser plus de carburant.
L’importance de l’eau n’est plus à démontrer. Le maire d’Abomey, Blaise Ahanhanzo-Glèlè, après avoir salué les efforts du gouvernement, a invité ses populations à plus de patience. Ces travaux, indique-t-il, ne peuvent durer que quelques mois, alors que l’eau sera disponible pendant plus de cinquante ans. Aussi, précise-t-il, tous ces travaux seront terminés avant le mois de décembre prochain et les abonnés pourront disposer d’eau potable pour les fêtes de fin d’année.
Ces désagréments causés par les travaux devant conduire à l’accès de tous à l’eau potable d’ici 2021 n’ont pas émoussé les ardeurs des entrepreneurs ni le ministre de l’Eau et des Mines, Samou Séidou Adambi. « Il vaut mieux avoir de l’eau pour vivre que de ne pas avoir et en mourir. Car il s’agit d’un gros défi », a-t-il souligné.
A Zinvié dans la commune d’Abomey-Calavi, à part les problèmes de contournement, les populations sont confrontées à un autre problème, celui du foncier. Il s’agit notamment du déplacement de celles-ci pour se réinstaller ailleurs. Ce problème est l’une des raisons du retard de six mois enregistré dans l’exécution des travaux d’adduction d’eau potable dans la localité. Toutefois, les forages ont été déjà réalisés.
A cet effet, Samou Séidou Adambi a invité les communautés de cette grosse cité au civisme et au patriotisme afin que le développement amorcé par le gouvernement ne souffre d’aucune peine.
A cet effet, le préfet de l’Atlantique, Jean-Claude Codjia a rassuré le ministre « qu’enfin des solutions sont déjà trouvées et les problèmes fonciers sont en voie de règlement en collaboration avec la mairie d’Abomey-Calavi. « Ce règlement ne doit pas souffrir d’acte afin d’éviter après des ennuis », a averti, Samou Adambi. Le préfet a pris l’engagement de confectionner un nouveau planning afin que les choses entrent dans l’ordre. Une sensibilisation pourra amener les populations à comprendre le bien-fondé de ces travaux. Car, elles seront les vraies bénéficiaires.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1499 fois