Les résultats de l’examen du baccalauréat session de juillet 2018 sont déjà connus. Le directeur de l’Office du baccalauréat a publié les grandes tendances à la faveur d’une conférence de presse, vendredi 10 août dernier, en présence des ministres Kakpo Mahugnon et Marie Odile Atanasso. La série F3 vient largement en tête avec 77 % du taux de succès alors que la série D tient la lanterne rouge avec seulement 24,76%, contrairement aux années antérieures où elle a battu le record.

Le taux d’admissibilité au baccalauréat 2018 est de 33,43 % contre 41% l’année dernière. A l’annonce des grandes tendances, vendredi 10 août dernier à Cotonou, le directeur de l’Office du baccalauréat, Alphonse da Silva, a souligné que les 357 jurys présidés par les professeurs venus des universités nationales et les inspecteurs émérites, ont abattu un travail minutieux qui a consisté à vérifier les copies corrigées, contrôler les copies série par série avant la délibération en toute indépendance. 

Après la levée de l’anonymat jury par jury, les résultats série par série révèlent que la série F3 est en tête avec un taux de 77,26 % et la série D a enregistré un taux d’admissibilité de 24,76%. En effet, 9638 candidats sont admissibles en série D sur un total de 38 928 dont 11 887 filles ayant composé.
La série A1 a enregistré 43,18% de réussite, la série A2 a obtenu 31,13 %, la série B pour sa part a enregistré 43,57 % et la série C : 42,98 % de taux d’admissibilité.
Les séries E, EA, F1, F2, F4, G1, G2, G3 ont respectivement enregistré 60 %, 51,99 %, 22,15 %, 50,65 %, 44,14 %, 54,06 %, 67,37 % et 43,8 %.
Les départements de l’Alibori, l’Atacora, l’Atlantique, du Borgou, des Collines et du Couffo ont obtenu respectivement un taux de 21,92 %, 21,99 %, 39,54%, 29,66 %, 23,99 % et 26,4 %.
La Donga, le Littoral, le Mono, l’Ouémé, le Plateau et le Zou ont, quant à eux, obtenu respectivement 21,38%, 45,73%, 32,57 %, 33,68 %, 28,51 % et 30,27 %.
Malgré les soubresauts de l’année académique, les candidats ont pu tirer leur épingle du jeu, a noté le directeur de l’Office du bac.
Le ministre de l’Enseignement secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, a exprimé sa satisfaction pour la conduite de tous les examens à terme malgré les perturbations enregistrées au cours de l’année scolaire. Il a aussi exprimé son insatisfaction par rapport aux résultats de tous les examens qui ont connu une tendance baissière cette année. « Nous devons nous poser beaucoup de questions par rapport au système éducatif », a-t-il indiqué, avant de faire savoir que le gouvernement a engagé des réformes pour que l’école béninoise retrouve ses lettres de noblesse.
Il a été soutenu par le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Marie Odile Attanasso. Selon elle, l’examen du Bac béninois continue de garder son label dans la sous-région. Sa plus grande préoccupation est que les parents orientent leurs enfants vers des filières prioritaires pour le développement, les filières scientifiques donc pour l’employabilité.
Rappelons que le ministère entend réitérer la journée de l’excellence pour primer les meilleurs au baccalauréat.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1373 fois