Le monument aux morts devant abriter le dépôt de gerbe a manqué d’un peu d’attrait à Aplahoué, à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du Bénin, mercredi 1er août dernier. Pas de coup de pinceau pour lui donner d’éclat. Mieux, le sarclage des lieux n’a pas pris en compte tous les contours du monument, donnant l’impression d’un entretien inachevé, d’un travail bâclé.

Dans le rang des civils, la célébration du 1er août a mobilisé plus d’enfants que d’adultes. Ils ont pris d’assaut la place de l’indépendance avant même l’heure indiquée. Dès 9 h, ils se sont empressés d’occuper les premières places. Sans attendre une quelconque forme de discipline, ils se sont eux-mêmes bien disposés les uns à côté ou derrière les autres. Ceux qui manquaient de places n’ont pas hésité à s’asseoir à même le sol, d’autres sont montés sur des murs, des arbres attendant impatiemment le top des manifestations. Le soleil qui dardait ses rayons n’a pas démobilisé ceux d’entre eux qui étaient obligés de vivre l’évènement debout. Comme quoi, le 1er août est aussi l’affaire des enfants.
Annoncé pour être exécuté à partir de 9 h, le calendrier préalablement établi a connu un grand décalage. Les manifestations ont été lancées après plus d’une heure d’attente. Ce retard a rallongé le temps de la célébration. Jusqu’à 12 h 15, le défilé civil et militaire tardait à commencer, pendant que le soleil dardait ses rayons sur le public exposé le long du trottoir. Jusqu’à 13 h 30, le défilé était toujours en cours. Cinquante-huit ans après l’indépendance, d’énormes efforts restent à faire en matière de ponctualité, signe de respect pour les autres et la patrie.
L’autre aspect qui n’est pas passé inaperçu est la présence de la Police républicaine dans son nouvel uniforme. Impressionnants et beaux paraissaient les policiers et gendarmes fusionnés dans une même unité de sécurité. Signe que la République se métamorphose et se porte peut-être assez bien.
Dans le cadre de ce 58e anniversaire, le défilé militaire a été particulièrement succinct à Aplahoué. A peine cinq ou six passages des hommes en uniformes, qu’il a pris fin. C’est une option des autorités préfectorales pour éviter un défilé trop long, surtout que les manifestations ont démarré tardivement.
La particularité du 1er août à Aplahoué a été le concours d’art culinaire organisé pour faire la promotion des mets locaux. Cette deuxième édition a tenu ses promesses avec des femmes qui ont pris spécialement les dispositions pour faire découvrir et déguster les mets de la localité au public ayant massivement fait le déplacement. Munies de leurs ustensiles de cuisines et condiments, elles ont démontré sur place, la grande richesse culinaire de la localité. Au menu, on pouvait savourer du goninmè, du djobo, du gbanhoutigui, du djogoli, du tohounkouin, etc. Des initiatives du genre sont à rééditer.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1143 fois