L’Assemblée nationale a autorisé, ce lundi 30 juillet, la ratification par le président de la République, de deux accords internationaux de crédit, d’un montant total de 19,085 milliards F Cfa destinés notamment à la mise en place de dispositifs de protection des côtes contre l’érosion au Bénin.

La lutte contre l’avancée de la mer au Bénin bénéficie de deux importants financements internationaux. Le premier, d’un montant de 2,585 milliards F Cfa a été signé le 19 avril 2018 entre la République du Bénin et le Fonds nordique de développement (Ndf) dans le cadre du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca-Resip) et le second est d’un montant de 16,5 milliards F Cfa. Ce dernier a été signé à Washington le 21 avril 2018 entre la République du Bénin et l’Association internationale de développement (Aid) dans le cadre du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca-Resip).
L’autorisation des deux accords de financement a été accordée à l’unanimité des députés présents ou représentés à la faveur de la séance plénière de ce lundi 30 juillet tenue en session extraordinaire sollicitée par le gouvernement pour l’examen de trois dossiers dont les deux projets de loi portant autorisation de ratification.
Les deux accords visent à améliorer la gestion des risques naturels et anthropiques partagés y compris le changement climatique, affectant les communautés des zones côtières du Bénin. De façon spécifique, ils permettront de renforcer le cadre institutionnel et réglementaire de gestion du littoral au Bénin ; de mettre en place des dispositifs de protection des côtes contre l’érosion côtière ; de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations riveraines ; d’assurer une gestion durable et transfrontalière des écosystèmes transfrontaliers et de renforcer la résilience des populations du littoral béninois aux inondations. Ce projet Waca-Bénin financé par la Banque mondiale s’inscrit par ailleurs dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’investissement multisectoriel du Bénin en parfaite harmonie avec le Programme d’action du gouvernement (Pag), axes stratégiques n°6 et 7 du 3e pilier visant l’amélioration des conditions de vie des populations. Il sera exécuté dans les communes de Grand-Popo, de Ouidah, d’Abomey-Calavi, de Cotonou, et de Sèmè-Podji dans les zones littorales, informe la commission chargée des Finances et des Echanges qui a présenté les deux dossiers en plénière.
Pour le ministre chargé du Cadre de vie, Didier Tonato, avec ces deux accords de financement d’un montant de 19,085 milliards F Cfa, le gouvernement boucle définitivement la mobilisation des ressources nécessaires pour protéger les 125 km des côtes béninoises. D’ici deux ans, le phénomène des avancées de la mer sera un vieux souvenir avec la mise en place des projets prévus par les deux accords qui viendront renforcer les travaux en cours au niveau de Cotonou Est, d’Avlékété et de Djègbadji à Ouidah. Lesquels travaux ont déjà généré au moins 8000 emplois directs, souligne le ministre qui trouve que l’approche sous-régionale dans laquelle s’est engagé le Bénin avec les autres pays membres du Waca, constitue la meilleure solution pour l’efficacité de la lutte contre l’érosion côtière au Bénin. Une mesure fortement applaudie par les députés, toutes tendances politiques confondues, qui ont autorisé le chef de l’Etat à ratifier les deux accords de crédits.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1430 fois