L’examen du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) a effectivement commencé depuis hier, lundi 9 juillet. Pour cette session de juillet à laquelle 8 913 candidats postulent dans le Mono, c’est le Ceg Koudo, un des centres d’examen de Lokossa, qui a eu l’honneur d’abriter, au plan départemental, le lancement des compositions placé sous l’égide du préfet, Komlan Zinsou.

Le Collège d’enseignement général (Ceg) Koudo, une localité de la commune de Lokossa, a abrité hier la cérémonie de lancement de l’examen du Bepc. Celui-ci a été marqué par la visite du préfet du département, Komlan Zinsou, à la tête d’une forte délégation de personnalités dont le maire de la commune, Pierre Awadji. Arrivée tôt sur les lieux, la délégation a visité les huit salles de compositions du centre et prodigué des conseils devant mettre en confiance les candidats. Au total, 265 candidats, dont 85 filles, y ont été inscrits. Ceux de la salle n°2 ont été sollicités pour vérifier l’intégrité des emballages contenant la toute première épreuve à composer. Le contrôle n’ayant révélé aucune anomalie, on a attendu, par la suite, le coup de la sirène pour commencer à 8h la distribution des épreuves. Tout étant ainsi bien parti pour l’examen du Bepc, session de juillet 2018, le préfet et le maire ont souhaité que les candidats poursuivent en confiance les compositions. « Le département a été troisième, l’année dernière, au classement national des résultats du Bepc. Je souhaite que les candidats de cette année fassent mieux en le hissant au premier rang », indique le préfet. A sa suite, le maire se félicite de l’honneur fait à sa commune d’abriter successivement le lancement de l’examen du Cep puis celui du Bepc avant de formuler son souhait. « Mon vœu est que le premier du département et du Bénin sorte de ce centre ou de ma commune », a dit Pierre Awadji. A son tour, le directeur départemental en charge de l’Enseignement secondaire, Rodolphe Godovo, rappelle quelques statistiques au niveau du Mono avant que la délégation ne se porte vers d’autres centres examen pour le constat de démarrage. Elle s’est arrêtée d’abord au Ceg1 Agamè, ensuite dans deux collèges à Lokossa, puis au Ceg Athiémé et enfin au Ceg Akonana, dans la commune d’Athiémé. Le bon démarrage de l’examen a été noté à chacune de ces étapes. 8 913 candidats composent dans le Mono. Si l’effectif de ceux de la série moderne long s’élève à 3 469, dont 1 680 filles, les postulants enregistrés pour le compte de la série moderne court font 5 444 dont 2 135 filles. Ces effectifs comparés à ceux de l’année 2017, dégage un taux régressif de 24,84% justifiant d’ailleurs la réduction de 21 à 19, du nombre de centres d’examen.

 Désiré C. VIGAN A/R Mono-Couffo

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1503 fois