Les résultats du Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) sont désormais disponibles. Le Rapport général de l’opération a été présenté et transmis, ce mercredi 16 mai, à Cotonou, à la Commission nationale de supervision, par le Comité technique de pilotage en présence des membres de l’Agence nationale de traitement.

Un total de 10 354 466 personnes enrôlées pour une cible de 10 008 749, soit un taux de recensement de 103,45 % ; 20 402 enregistrements invalides ; 2 254 enregistrements en supervision et 2 277 795 personnes sans acte de naissance enrôlées sur témoignages des élus locaux. Ce sont les chiffres du Recensement initial administratif à vocation d’identification de la population (Ravip) dont les opérations ont pris fin le 30 avril dernier et contenus dans le Rapport général transmis hier à la Commission nationale de supervision (Cns).
En remettant ledit rapport au président de la Commission nationale de supervision (Cns), le président du Comité technique de pilotage (Ctp), Jean Aholou, a rappelé les démarches qui ont conduit à la mise en place des différentes instances impliquées dans le processus. Les années à venir, souligne-t-il, le peuple béninois se rendra compte de l’œuvre du Ravip dans toutes ses utilités et ses aptitudes. Pour le moment, poursuit-il, il convient de retenir qu’avec une base de données biométriques, point de départ de la mise en place du registre national de la population, le gouvernement met dans le patrimoine de l’Etat, une mine d’informations. Une mine dont les diverses applications conduiront le pays sur le sentier du développement. Pour lui, cette mine d’informations est également un trésor d’atouts. C’est pourquoi, il souhaite que le travail ne s’arrête pas au recensement.
Jean Aholou indique qu’il reste à faire l’élaboration et l’opérationnalisation du registre national de population ; la réalisation des registres communaux de population. Mais avant cela, il estime qu’il est urgent de trouver une réponse à la situation des 2 277 795 personnes qui n’ont pas d’actes de naissance.
Pour le président du Ctp, les chiffres obtenus dans le cadre du Ravip révèlent, à n’en point douter, les efforts faits par l’Etat béninois et ses partenaires techniques et financiers pour doter les citoyens béninois d’actes d’état civil afin de faciliter leur recensement.
En recevant le rapport, le président de la Commission nationale de supervision, le ministre Joseph Djogbénou, s’est réjoui des résultats obtenus avant de dire que six mois d’opération ont permis de dépasser les objectifs et de démontrer l’enthousiasme des populations. Six mois qui ont permis également de démontrer la pertinence de la décision du président de la République de doter le Bénin d’un outil administratif important dont les fonctionnalités sont multiples.
Joseph Djogbénou a rassuré le Comité technique de pilotage des efforts que feront la Commission nationale de supervision et le gouvernement pour prendre en compte les doléances soulevées au terme de l’opération, notamment ceux qui ont été enregistrés sur la base des témoignages. Pour lui, c’est un problème important et des réflexions en cours. Les autorités politiques à divers niveaux, notamment l’Assemblée nationale, prendront leurs responsabilités, promet-il.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1688 fois