La crise qui secoue le Conseil communal de Malanville, depuis un moment, vient de connaître un autre rebondissement. Plutôt que de prendre en considération la correspondance de 17 conseillers l’invitant à convoquer une session extraordinaire pour un vote de défiance, le maire Inoussa Dandakoé lui a opposé une fin de non-recevoir.

Le maire a qualifié l’acte de « manœuvre dilatoire », après s’être indigné de la démarche de ces conseillers. « Il faut 17 conseillers pour pouvoir destituer le maire. Or l’un d’eux ne s’est pas reconnu parmi les signataires », a expliqué Inoussa Dandakoé.
En effet, dans une correspondance en date du lundi 9 avril dernier et adressée au préfet de l’Alibori et au maire, le conseiller Yacoubou Bako Noma a indiqué ne pas se reconnaître dans cette motion de destitution. Il a qualifié de nul et de nul effet le document portant sa signature, laquelle, selon lui, aurait été falsifiée.

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 1168 fois