Le député Rachidi Gbadamassi était, ce mardi 6 mars, face aux hommes des médias à Cotonou. L’objectif de cette rencontre est d’informer les populations par rapport à l’actualité politique nationale et sur une situation de créance entre l’ancien Premier ministre Lionel Zinsou et le groupe burkinabè Ebomaf.

Le député Rachidi Gbadamassi s’inspire d’un extrait du numéro 771 du journal français « La Lettre du Continent » titré « Bénin/Burkina : Zinsou déstabilisé par une lourde créance ! », paru le 21 février 2018 à Paris, pour expliquer aux hommes des médias l’implication du candidat malheureux à l’élection présidentielle de mars 2016 dans une affaire de dette de 15 milliards de francs Cfa que Lionel Zinsou aurait contractée auprès du groupe Ebomaf.
Face aux professionnels des médias, hier, Rachidi Gbadamassi affirme que Lionel Zinsou aurait reconnu devoir à Mahamadou Bonkoungou, président-fondateur du groupe burkinabè une telle somme. L’élu de la nation se fait l’avocat du groupe et demande le remboursement des sous. Il souhaite que le candidat Lionel Zinsou justifie ce prêt effectué entre janvier et mars 2016. Le député Gbadamassi de la République suspecte l’utilisation des fonds dans la dernière campagne présidentielle. « Il convient de se poser des questions, car, il est intervenu à un moment où les acteurs politiques impliqués dans l’élection faisaient de grosses dépenses d’argent dans le but de conquérir le pouvoir d’Etat», a déclaré le conférencier. Le député estime que le Code électoral en vigueur au Bénin a été violé en son article 110 qui dispose que : « Il est interdit à tout parti politique ou à tout individu prenant part aux élections du président de la République d’engager pour la campagne électorale par lui-même et ou par tierce personne plus de deux milliards cinq cents millions de francs Cfa ». A ce propos, il invite la justice béninoise à s’autosaisir de ce dossier. « Il est impérieux que la chambre administrative de la Cour suprême prenne au plus tôt ses responsabilités afin qu’une légale et juste suite soit donnée à cette affaire qui ternit l’image de notre édifice démocratique et pour que force reste à la loi et non aux plus malins et aux privilégiés », laisse entendre Rachidi Gbadamassi.
A noter que le député a saisi l’occasion de cette conférence de presse pour réitérer son soutien au gouvernement du président Patrice Talon. Il l’encourage à «poursuivre inlassablement la lutte contre la corruption qui est l’un des principaux gages du développement de notre commune nation ». Rachidi Gbadamassi invite le chef de l’Etat à sortir les audits relatifs à la Cen-Sad, l’affaire Icc-Services et consorts, les dossiers de bradage des domaines de l’Etat partagés «entre copains de la République ».
Par ailleurs, il suggère au président Patrice Talon de recevoir les dignitaires traditionnels et les têtes couronnées de tous les départements pour leur expliqué le bien-fondé des réformes engagées dont celle du système partisan qui s’avère nécessaire, selon lui, pour que la politique redore son blason?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2198 fois