Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesrs), Marie-Odile Attanasso a échangé, ce lundi 19 février, avec l’Intersyndicale du supérieur sur le débrayage dans les universités publiques du Bénin. L’objectif de cette rencontre, selon le ministre Marie-Odile Attanasso, est de continuer les discussions avec l’Intersyndicale afin de trouver des solutions idoines à la grève dans ce secteur. Il s’agit donc pour elle, de connaître les facteurs de blocages des négociations entre le gouvernement, les partenaires sociaux.

« Nous allons tout faire pour que des résolutions acceptables sortent de cette séance de travail afin que les enseignants retrouvent le chemin des universités », a-t-elle déclaré, à l’entame de la réunion. Ainsi, pendant six heures, le ministre et les partenaires sociaux ont abordé les vingt points inscrits sur la plateforme de revendications de l’Intersyndicale.
Au sortir de cette séance, le ministre a salué l’effort de l’intersyndicale pour avoir répondu de nouveau à son invitation à la suite de la séance du 1er février dernier. « Nous avons eu une belle séance avec tous les points inscrits à l’ordre du jour et nous espérons que le dialogue va se poursuivre », s’est réjouie Marie-Odile
Attanasso. Elle compte tout de même sur l’Intersyndicale pour le dégel de la situation.
Le porte-parole de l’Intersyndicale du supérieur, Karl Martial Nassi, remercie le ministre qui a favorisé l’ouverture du dialogue depuis le 1er février dernier. Selon lui, cette démarche est une avancée dans la résolution des problèmes de l’enseignement supérieur. Il pense que le dialogue va devoir se poursuivre jusqu’à la satisfaction des révendications des travailleurs. C’est pourquoi, il compte recourir à la base pour savoir quelle décision prendre en vue de la reprise des cours. « Nous sommes mandatés par notre base et nous irons leur rendre compte », a-t-il ajouté. Pour lui, il y a des points sur lesquels il a eu des avancées notables bien qu’il reste quelques équivoques à lever. « Nous avons passé en revue quinze des points inscrits sur la plateforme revendicative, il y a des points sur lesquels nous nous sommes entendus mais d’autres non ». Il va falloir encore attendre la séance de l’Intersyndicale avec la base pour savoir si la motion de grève en cours dans les universités publiques du Bénin sera levée ou non.

Christian HOUNONGBE (Stag.)

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1706 fois