Le ministre des Infrastructures et des Transports, Cyr Koty, est descendu, ce jeudi 1er février, sur des chantiers de construction, d’aménagement et de bitumage de routes dans les départements du Littoral et de l’Atlantique. Après une visite des chantiers de la Route des pêches, de Kpota-Calavi-Ouèdo-Hêvié-Cococodji, puis Misséssinto-Zinvié-Zè, il dit être satisfait de l’évolution des travaux avant d’inviter les entreprises en charge à maintenir le cap pour le respect des délais.

Les chantiers ouverts dans le cadre du Programme d’action du gouvernement reçoivent la visite du ministre des Infrastructures et des Transports, Cyr Koty. Accompagné des cadres dudit ministère, il était sur le terrain pour s’enquérir du niveau d’évolution des chantiers de la Route des pêches, de la voie Kpota-Calavi-Ouèdo-Hêvié-Cococodji, puis celle de Misséssinto-Zinvié-Zè.
Initié par le gouvernement d’alors entre 2013 et 2015 dans le cadre du développement de la Route des pêches, le premier chantier visité avait connu une suspension des travaux de la part des autorités actuelles qui ont voulu y voir clair avant la poursuite. En raison de l'option des nouvelles autorités, le projet a connu un léger retard qui, selon le chef de mission de contrôle du chantier, Mama Idrissou, pourra être rattrapé.
Avec un budget de 29 milliards de francs Cfa, ce chantier de la Route des pêches d’une longueur de 13 kilomètres exécuté par l’entreprise Adéoti à plus de 23 % s’étend du carrefour devant le supermarché Erevan jusqu’au village Adounko, arrondissement de Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi.
Avant d'étendre le projet jusqu’à Ouidah, le directeur général des Infrastructures, Jacques Ayadji, a expliqué que le gouvernement actuel a initié une deuxième étape du projet dont les travaux sont confiés à une entreprise chinoise.
Quant au tronçon Calavi Kpota-Ouèdo-Hêvié-Cococodji, long de 21 kilomètres en double voie, les travaux sont exécutés par l’entreprise Ebomaf. Ici, la libération des emprises est achevée. Ce qui facilite à l’entreprise, un déroulement normal des travaux dont le taux d’exécution est de 31,20%. Il n’y a plus de résistance des populations, se réjouit Cyr Koty qui salue ce comportement des populations riveraines. Lesquelles ont compris, selon lui, l’importance de cette route.
La réalisation de cette route, à en croire le ministre, permettra aux populations de bien développer les activités génératrices de revenus, et par ricochet le développement de la commune d’Abomey-Calavi.
Après Calavi-Kpota-Ouèdo-Hêvié-Cococodji, le ministre et sa délégation sont allés sur le chantier de Missésinto-Zinvié-Zè long de 32 kilomètres. Ici aussi, les travaux confiés à l’entreprise Ebomaf sont exécutés à 52,17 %. Sur les deux chantiers, Ebomaf a atteint un taux d’exécution global de
41,68 % pour un taux de consommation de délai de 50,08 %.
Sur les trois chantiers, le ministre Cyr Koty dit être satisfait des entreprises qui ont la charge des travaux. Car, elles sont en train de tout mettre en œuvre pour que les retards enregistrés au démarrage des chantiers soient rattrapés dans les délais impartis. Il les a félicitées et encouragées à rester toujours aux côtés du gouvernement pour que les objectifs fixés soient atteints.
L’aménagement et le bitumage des routes sont des projets phares qui s’inscrivent dans le cadre du Pag. Ils permettent de faciliter la mobilité des populations riveraines.
La visite des chantiers se poursuit aujourd’hui sur les chantiers Porto-Novo-Akpo-Missérété et Pobè-Adja-Ouèrè-Ouinhi?

Aéroport de Glo-Djigbé : les formalités pour le dédommagement
Après la visite des chantiers de construction et de bitumage des routes, le ministre des Infrastructures et des Transports est allé à l’arrondissement de Glo-Djigbé dans la commune d’Abomey-Calavi où se déroulaient les formalités des personnes affectées par le projet aéroportuaire de la localité.
Selon Clémentine Dohou, membre de la Commission interministérielle chargée de dédommagement et de relogement des personnes affectées par le projet, il s’agit d’une séance de négociation avec lesdites personnes. Avec ces personnes, souligne-t-elle, la commission calcule les droits pour les terrains et les constructions à dédommager. Selon elle, si dès le premier jour de l’opération, il n’y avait pas eu d’affluence, c’est parce que l’information n’était pas bien passée. Mais à partir de ce jeudi, la commission commence à enregistrer une affluence importante. Elle a invité les autorités à les aider à communiquer autour de cette opération pour que les personnes concernées viennent se faire enregistrer.
Un appel auquel le ministre des Infrastructures et des Transports, Cyr Koty, entend apporter un écho favorable. Avec les constats, il estime que la satisfaction est totale avant de promettre que des dispositions sont en train d’être prises pour trouver les solutions qu’il faut afin de démarrer effectivement dans un bref délai ce projet de construction de l’aéroport de Glo-Djigbé, un projet phare du gouvernement du Nouveau départ?

B. S.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2933 fois