Le douzième provisoire querellé, à la suite du rejet du budget primitif 2017 de Lokossa, vient d’être autorisé par le préfet. C’est à travers l’arrêté n°9/009/PDM/SG/ST/STCCD portant substitution d’action en vue de la mise en exécution des recettes et dépenses de la commune de Lokossa. 

Ledit arrêté en date du 23 janvier 2018 autorise le recouvrement des recettes, stipule en son article 3 que « Le maire peut mensuellement engager, liquider et mandater les dépenses de fonctionnement dans la limite du douzième de celles inscrites dans le budget 2017. Il peut également engager, liquider et mandater les dépenses d’investissement dans la limite du quart des crédits ouverts au budget de l’année 2017 ».
Au conseil communal, l’arrêté enjoint de voter le budget primitif, avant la fin de la période de validité de ce douzième provisoire. « Le conseil communal de Lokossa devra prendre les dispositions pour voter le budget exercice 2018, au plus tard le 31 mars 2018 », lit-on à l’article 4 dudit arrêté.
Avant de prendre ses responsabilités, le préfet du Mono, Komlan Zinsou, avait adressé un ultimatum au conseil communal pour adopter le douzième provisoire. Mais, l’échéance de cet ultimatum passée, le lundi 22 janvier dernier, sans que le camp majoritaire des conseillers communaux ne se montre favorable à son adoption. Deux sessions successives, dont la dernière tenue le vendredi 19 janvier 2018, avaient été convoquées à cet effet mais en vain.
A rappeler que, depuis le mois de juin 2017, le maire Pierre Awadji fait face à une fronde des conseillers communaux majoritaires. Ces derniers réclament son départ de la tête du conseil?

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2047 fois