Le gouvernement projette dans les jours à venir, le recrutement d’un consultant pour l’appuyer dans la mise en œuvre des réformes pénitentiaires promises par le chef de l’Etat, eu égard au piteux état des maisons d'arrêt. Le Conseil des ministres de ce mercredi 17 janvier s’est penché sur cette préoccupation, a indiqué le garde des Sceaux au cours d’un point de presse à la Présidence de la République.

« Le système pénitentiaire béninois a des insuffisances qui l’éloignent des standards et normes internationales particulièrement en matière de détention. Ces insuffisances se rapportent à l’effectif pléthorique de la population carcérale et aux mauvaises conditions de vie dans les maisons d’arrêt ». Rapportant aux hommes des médias l’essentiel à retenir du Conseil des ministres du mercredi 17 janvier, le ministre de la Justice et de la Législation, Joseph Djogbénou, a expliqué que le souhait du gouvernement d’humaniser la vie en milieu carcéral passera aussi par le recrutement d’un consultant pour la mise en œuvre des réformes prévues dans ce cadre.
Le consultant recruté aura à superviser les travaux susceptibles de mener à bien ces réformes devenues nécessaires. « Son travail s’articulera autour des points suivants : élaboration des documents d’appels d’offres et assistance au Bénin dans la recherche et la désignation de partenaires intervenant dans le secteur ; définition des procédures appropriées pour le financement, la construction de maisons d’arrêt et de prisons civiles », précise Joseph Djogbénou. Il est aussi attendu de ce consultant la réalisation de l’audit de quatre centres de détention ou centres pénitentiaires, en vue de leur gestion efficiente et la réalisation d’une étude sur la construction et l’exploitation de nouvelles prisons.
Par ces réformes, le Bénin devrait tourner la page des nombreux reproches qui lui sont faits relativement aux droits humains dans ces centres de détention. On peut aussi y lire la concrétisation d’un pan des multiples réformes contenues dans le programme d’action du gouvernement dont l’ambition est de révéler le Bénin aux Béninois et au reste du monde.
Le gouvernement envisage aussi, selon le ministre Joseph Djogbénou, la création de l’agence pénitentiaire du Bénin qui désormais va gérer les centres de détention pour élever la qualité de vie en milieu carcéral. Il entend aussi associer les partenaires privés à l’entretien de ces maisons d’arrêt et aussi à la construction de nouvelles maisons d’arrêt. Le consultant aura pour mission à ce niveau d’assister le gouvernement dans le processus de sélection et de recrutement de ces partenaires privés et pour le suivi de leurs rendements relativement à leur cahier de charge?

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 1773 fois