L’actualisation du programme de recherche du Centre national de spécialisation (Cns) sur le maïs est au cœur d’un atelier régional dont les travaux ont été lancés, ce mardi 16 janvier à Lokossa, dans le Mono, par Françoise Komlan Assogba, représentant le ministre en charge de l’Agriculture. Ces travaux devront permettre au Cns-Maïs de se muer en un Centre régional d’excellence.

Elaboré en 2011, le programme de recherche du Centre national de spécialisation (Cns) sur le maïs a fait ses preuves en mettant en place, entre autres, une base d’informations et de technologies. Au nombre de seize, les technologies générées vont de la production de trois variétés de maïs, résistantes et tolérantes à la sécheresse, jusqu’à la transformation avec des équipements d’amélioration de la qualité du produit fini. Le directeur général du centre, Adolphe Adjanohoun, a fait cas de plusieurs autres acquis et consignés dans des thèses et mémoires réalisés par des universitaires. C’était à travers une communication portant sur la présentation du Cns-maïs et son bilan scientifique et technique de la période 2012-2016. 

Mais, en dépit de ce bilan salué par les participants, Françoise Komlan Assogba, secrétaire générale du ministère en charge de l’Agriculture, fait remarquer que le programme de recherche est loin d’être mis en œuvre dans son entièreté. Elle relève, notamment, qu’au cours de la phase écoulée, ledit programme a été exécuté au Bénin seulement. Une situation qui, à l’en croire, ne répond pas aux ambitions ayant motivé la création du centre. La secrétaire générale du ministère rappelle, à cet effet, que le Cns-maïs est créé pour fournir des informations et des innovations à l’échelle de toute la sous-région ouest-africaine.
L’ambition, souligne-t-elle, est de parvenir à en faire un Centre régional d’excellence à la suite du présent atelier dont la mission est clairement définie. Il s’agit pour les délégations des huit pays conviés d’actualiser le programme de recherche en prenant en compte, non seulement les nouvelles contraintes de la filière dans la sous-région, mais également le nouveau contexte des objectifs de développement durable et d’autres engagements pris par le Bénin.
En prélude à ces travaux, un comité scientifique a été chargé, entre autres, d’évaluer le programme de recherche dont le rapport sera soumis à la validation des participants. Lesquels participants vont tenir compte des atouts et faiblesses pour l’actualisation du programme, sur la période 2018-2021, et définir des modalités d’élaboration et de mise en œuvre des projets de recherche et d’études y afférents.
Le Cns-maïs est placé sous la tutelle de l’Institut national des Recherches agricoles du Bénin (Inrab) dont le directeur général adjoint, Nestor Adjovi Ahoyo, assure la direction scientifique pour le centre. Aux dires de ce dernier, la première évaluation faite au sujet de la performance du Cns-maïs témoigne quand même que le centre est sur la bonne voie. Il a pris l’engagement que des efforts vont se poursuivre afin que la prochaine évaluation annoncée pour bientôt puisse valider la phase additionnelle qui projette le centre dans la dimension régionale. L’enjeu de parvenir à faire du Centre national de spécialisation sur le maïs un centre régional répond à la politique agricole commune à neuf pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). Et c’est en tenant compte de la quantité des travaux de recherche portant sur le maïs et l’importance de sa production ainsi que sa consommation que le Bénin a été choisi pour être leader de cette spéculation. Les travaux de l’atelier prennent fin demain jeudi 18 janvier?

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Lu 2070 fois